Les femmes dérangeantes des fêtes et mariages marocains

— 

Une création de 2008.
Une création de 2008. —

Elles sont chanteuses, diseuses, crieuses et danseuses. Les Aïta accompagnent les mariages ou les fêtes et représentent une forme de la culture populaire du Maroc, qui reste essentiellement masculine. Pièce de corps et de chant, Madame Plaza est une création chorégraphique née de la rencontre de Bouchara Ouizguen, alors soliste en danse orientale, avec ces femmes. « Dans ma courte vie de danseuse orientale, je les ai souvent croisés, jouant et dansant en groupe, explique la chorégraphe. Ce qu'elles ont de touchant dans leur art, c'est cette capacité à dédramatiser la vie, à la chanter au plus profond, et à faire rire l'audience là où ça les arrange » ajpoute-t-elle. Dans le plus vieux cabaret de Marrakech, le quatuor se frôle, s'enlace et compose un langage dansant entre chants et corps.
20 €. Mardi 8 et mercredi 9
530, Avenue Mozart, à Aix. 0811 020 111.