« désordre » des femmes

Antoine Pecquet

— 

Rencontres Féministes est une association montée par une bande de copines lilloises, qui gravitent dans le monde culturel. « Notre but est de créer des évènements où l'art pose des questions liées à l'identité sexuelle », indique Cécile Talbot, présidente et directrice artistique. Pour leur coup d'essai, les Rencontres Féministes voient grand, avec « Désordres », un festival transfrontalier étalé sur deux mois.

Post-féministe vandale
Cette semaine, à Lille, le festival propose une exposition et plusieurs spectacles à la Maison-Folie de Wazemmes. « On a choisi des plasticiennes qui s'interrogent sur les différences sexuelles dans la société patriarcale. Les spectacles sont 100 % féminins, revendicatifs et politiques », prévient Cécile Talbot. On pourra découvrir Cécile Proust, « simili-lesbienne et post-féministe vandale », ou Nadia Ghadanfar, et son monologue d'une femme immigrée.
Au théâtre de l'Oiseau-Mouche, à Roubaix, carte blanche est donnée à la Powerhouse de Montréal, nid d'artistes et de penseuses féministes depuis les années 70.

infos

* Gratuit. De jeudi au 20 mars, à la MFW, Lille. 03 20 78 86 86** 5 € par spectacle, programme complet sur rencontresfeministes.over-blog.org