La rivalité franco-anglaise s'exacerbe aussi chez les filles

— 

Ce week-end, c'est « crunch » pour tout le monde. Au lendemain de l'affrontement masculin entre la Perfide Albion et les Bleus, les joueuses du XV de France tenteront dimanche de museler leurs homologues anglaises. La suprématie continentale sera en jeu à Worcester. « Depuis 2002, seules ces deux nations ont remporté le Tournoi », déclare Philippe Morant, le directeur technique du Stade Rennais Rugby. Une victoire tricolore aurait allure d'exploit, tant le XV de la Rose domine son sujet au niveau européen. « Elles sont quasi imbattables. Lors de la dernière Coupe du monde, elles se sont rapprochées des All Blacks. » Même si on est loin des déclarations tapageuses d'avant-match, voire des intimidations sur le terrain, inhérentes aux garçons, les « Ladies » en connaissent aussi un rayon, question provocation. « Je me souviens d'un France-Angleterre à Toulouse, en 2004. Elles avaient mis la musique à fond dans leur vestiaire, histoire d'impressionner l'adversaire. Mais au final, elles avaient perdu. » Faisant davantage preuve d'assurance que de suffisance, les Anglaises estiment toujours au plus haut point leur duel contre les Françaises. Ce qui rend les choses encore plus compliquées pour la Rennaise Sandrine Agricole et sa bande. « J'espère que les Bleues sauront se sublimer. », souhaite le technicien breton. Nous également.j. g.

une rencontre très considérée outre-manche

« En terme d'accompagnement et d'organisation, c'est ce qui se fait de mieux. » Philippe Morant sait à quel point le rugby féminin est autrement plus coté en Angleterre qu'en France. « La discipline y est plus développée et mieux structurée. Dimanche, trois matchs vont se succéder sur le même lieu, avec ceux des - 20 ans. C'est un événement dans l'événement. »