Une impressionnante longévité

— 

La solution même de l'enfouissement de ces déchets est remise en cause par Sortir du nucléaire. « La durée de toxicité de ces déchets est de plusieurs centaines de milliers d'années. Le conditionnement se dégradera un jour, que fera-t-on lorsque cette radioactivité remontera à la surface ? » s'inquiète Corinne François. Pour l'Andra, ce cas de figure ne pourra pas se présenter avant la fin de la radioactivité des produits, étant donné l'extrême lenteur de la circulation de l'eau au sein de l'argile, et la porosité de ce matériau. « Le but de ce centre de stockage, c'est précisément que les générations futures n'aient pas à se préoccuper de ces déchets » explique Marc-Antoine Martin, chargé de communication du centre de Meuse/Haute-Marne. La loi prévoit tout de même que le stockage soit « réversible » (récupérable) pendant une centaine d'années. « Insuffisant » pour Sortir du nucléaire.