Encore junior, Orianne défie l'élite mondiale du 100 M

Nicolas Guyonnet

— 

Son objectif : les jeux paralympiques.
Son objectif : les jeux paralympiques. —

La passion, l'envie, le courage. Orianne Lopez a une motivation hors norme. Un voyage de 30 heures, un passage brutal de l'hiver à l'été, une contracture qui la prive d'entraînements depuis mercredi jusqu'à hier. Pour autant cette athlète pignanaise de 21 ans garde un sacré moral. « Je suis super motivée, j'ai la rage », confiait-elle, hier, de l'autre côté du globe, à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Un handicap de naissance
Cette nuit ( 4 h 20 heure française et 16 h 20 heure locale), Orianne sera au départ de la finale du 100 m des championnats du monde d'athlétisme handisport Elite. La championne du monde junior sur 200 m en 2009 affrontera cette fois ci les sept meilleures athlètes mondiales senior, tous handicaps confondus. Elle, court avec une prothèse à la jambe droite. Malgré sa contracture à quelques jours de la finale elle reste optimiste. « A mon arrivée en Nouvelle-Zélande il y a une semaine j'ai réalisé des chronos que je ne pensais jamais faire ». Hier son kiné lui a donné le feu vert pour recourrir.
Un mental à toute épreuve qu'elle entretien au quotidien, et qui lui fait même oublier son handicap. Orianne a une agénésie fémorale de naissance, un arrêt du développement de son fémur . « Ce n'est ni un tabou ni une tare. Je fais tout pour m'intégrer. » En quatrième année de médecine à Nîmes, Orianne travaille à l'hôpital le matin, est en cours l'après-midi et le soir, elle s'entraîne au club de Nîmes avec sa coach Christine Sarradel et d'autres athlètes valides. « Je fais les mêmes séances qu'eux, ainsi que des compétitions pour valides. C'est mieux pour se préparer. »

image

« Le handisport est la vitrine du handicap. En tant que sportifs pros, on doit faire changer cette image et les mentalités », explique Orianne, qui est aussi conseillère municipale élue à la jeunesse à Pignan et qui s'investit pour le handicap.