l'itinéraire hors norme d'amed sylla

jeremy goujon

— 

Amed Sylla (en blanc), ici sous le maillot du club féroïen du B36 Torshavn.
Amed Sylla (en blanc), ici sous le maillot du club féroïen du B36 Torshavn. —

Dimanche, c'était jour de reprise pour les footballeurs amateurs du département. Parmi les rencontres, le Cesson-Guichen (0-0) en DH, ne restera pas dans les annales. Sur la feuille de match, figurait Amed Davy Sylla. L'une des recrues estivales est devenue l'attraction de la saison, du côté de l'OCC. Son parcours atypique lui confère en effet un statut particulier. Né à Lille en octobre 1982, le jeune Amed grandit en Côte-d'Ivoire et, à l'âge de 17 ans, se fait repérer par les recruteurs… du Losc. De retour dans le nord de la France, il intègre la CFA des Dogues. La sévère concurrence l'empêche par la suite de goûter à la Ligue 1. « Ils ont préféré miser sur Matt Moussilou et Jean II Makoun. » Celui qui possède également un passeport russe décide alors d'aller chercher fortune ailleurs.
Sur les conseils de Mikkel Beck, international danois passé par Lille, il rejoint d'abord le Danemark en 2004. Son expérience au FC Nordsjælland tourne court en raison d'une blessure au ménisque. Puis vient la grande aventure aux Îles Féroé. Après le ÍF Fuglafjørður (2005-2006), il signe au B36 Tórshavn, fraîchement sacré champion. Le club se qualifie pour le deuxième tour préliminaire de la Ligue des champions, ce qui permet à Sylla de croiser un certain Nicolas Anelka. Si Fenerbahçe gagne dans les grandes largeurs (4-0, 5-0), l'essentiel est ailleurs pour l'Ivoirien. « Ça reste mon meilleur souvenir. Anelka ? Ce n'est pas le genre de type qu'on décrit un peu partout dans les journaux. Il est à la fois très réservé et assez gentil. »
Après son titre de meilleur buteur du championnat féroïen (avec 18 buts), couplé à un succès en Coupe, l'attaquant change d'air en 2007. Direction : le FC Birkirkara. « J'en avais ma claque de la pluie ou de la neige ! A Malte, j'ai retrouvé le soleil. » Malgré de jolies performances (11 buts en 16 parties), le goleador retourne bizarrement au Danemark dès l'année suivante. Avant de revenir dans l'Hexagone à l'orée de l'exercice 2009-2010. Rattrapé par les blessures, Sylla ne peut pleinement s'exprimer avec le FC Istres, en Ligue 2. Un énième crochet par Alfortville (CFA) – un mauvais choix selon l'intéressé – et voilà qu'il s'engage en faveur de Cesson, l'été dernier. « Après le stress du monde pro, ça fait du bien de souffler un peu. » Au vu du périple effectué, cela allait de soi.