Un hommage au théâtre

amandine Rancoule

— 

Mythique. Ou presque. Créé en 1988, « La Tragédie Comique », de la compagnie belge La Fabrique Imaginaire, revit une deuxième jeunesse. Le spectacle, conçu par Eve Bonfanti et Yves Hunstad, a été représenté plus de 500 fois jusqu'en 1996. Il est joué cette semaine, pour la dernière et ultime fois, dans la cité phocéenne.

Miracle scénique
« Depuis vingt-trois ans, beaucoup de choses ont évolué dans la manière de faire et de regarder un spectacle, note Nathalie Marteau, directrice du théâtre du Merlan (14e), associé au Gymnase (1er) pour l'occasion.
Finalement dans ce spectacle, il reste l'essentiel : la capacité à faire coexister l'imaginaire et la réalité ». Maniant le verbe avec aisance, Yves Hunstad, seul sur scène, mains dans les poches et affublé de bric et de broc, imagine une histoire d'amour entre un acteur et son personnage. « Le premier jour de répétition, quand Yves est arrivé avec son personnage sur scène, je les ai regardés, effarée et émerveillée, explique Eve Bonafi, la metteuse en scène. Il improvisait des fureurs, des insolences et des rires. Cela n'avait ni queue ni tête mais c'était déjà plein de rêves. » La promesse d'un spectacle poétique et tragique. Mais drôle.

pratique

De 6 € à 10 €. Vendredi et samedi à 20 h 30, et dimanche à 15 h, au théâtre du Gymnase, 4, rue du théâtre Français (1er). Réservations au 0 820 000 422 ou sur www.lestheatres.net.