LES NUITS BLANCHES D'ANTONETTI

— 

L'entraîneur rennais le martèle depuis des semaines, et l'a encore répété hier. « La situation est invivable. » Motif d'un tel malaise ? Son effectif, qui se réduit en peau de chagrin au gré des départs et blessures. Après l'attaque, c'est la défense qui tire la langue. Au transfert de Fanni, s'est ajoutée la blessure à l'entraînement de Samuel Souprayen. Résultat des courses : le latéral gauche est « forfait à 80 % pour le match contre Valenciennes ». Faisant déjà sans Théophile-Catherine sur ce côté, Antonetti s'apprête encore à se priver de sommeil jusqu'à samedi. « Les nuits sont assez blanches en ce moment. C'est difficile quand on est bord de la rupture, mais on va essayer de trouver des solutions. » Apam aurait pu en constituer une, mais le technicien est plus que pessimiste à son sujet. « Pour moi, la décision est prise. Il nous faut donc un défenseur supplémentaire en janvier. » Même si « le mercato d'hiver est plus fermé que le marché estival ». Le casse-tête est loin d'être fini pour Antonetti.J.G.