Le MHSC va moins bien, mais René Girard n'est pas inquiet

— 

« On doit être conquérant », dit Girard.
« On doit être conquérant », dit Girard. —

La moitié des buts encaissés cette saison l'ont été lors des deux derniers matches. Deux buts ont été marqués en trois matches. Le déplacement à Brest, demain soir, ne s'annonce pas aussi simple qu'il aurait pu l'être il y a un mois. Pourtant, hier après l'entraînement matinal René Girard confiait : « Tout va bien; Il n'y a pas de malaise. Ce n'est pas la fin du monde. On est à deux points des européens. On vous a trop habitué à être dans les trois premiers » lâchait-il sèchement, vexé par les critiques à son encontre depuis la défaite contre Lyon.
Face au promu brestois qui réalise un parcours similaire à celui du MHSC la saison dernière, les Pailladins tenteront de se relancer. « On doit reprendre confiance et être plus solides derrière. Les occasions on les a, mais on n'est pas assez efficace. Il nous manque pas grand chose, juste un déclic et tout va suivre », analyse l'attaquant Karim Aït Fana.
Le coach montpelliérain a fixé comme objectif de ramener les trois points de Bretagne, « mais ce n'est pas un match couperet. Si on perd se n'est pas la fin du monde. On se rattrapera contre Auxerre. Notre jeu est bon. On doit être juste plus lucide et plus rigoureux. »
La réaction sera plus facile contre Brest après les leçons reçues contre Marseille et Lyon. « On a vu le travail qui nous reste à faire pour lutter contre les gros. On n'a pas droit au relâchement. » Des erreurs qui ne devraient pas être aussi décisives contre Brest. N. G.