sécuriser le stade et ses abords

nicolas guyonnet

— 

Le président du MHSC, Louis Nicollin, hier.
Le président du MHSC, Louis Nicollin, hier. —

Le stade de football de la Mosson est sous haute surveillance, 300 à 500 stadiers par match. Un budget sécurité de 100 000 € pour le match de dimanche contre le PSG. Neuf caméras de vidéosurveillance devant le stade et dans les tribunes peuvent délivrer une photo individuelle.

Des engagements réciproques
Les violences en nombre et en gravité augmentent dans les stades. Hier le club de football du Montpellier Hérault, le préfet, le procureur, Montpellier Agglo, la TaM et la Ville de Montpellier ont signé une convention pour le développement et la coordination de la lutte contre les violences et le racisme à l'occasion des matches de foot du MHSC. Le stade de la Mosson n'est pas l'enceinte de France la plus violente. « Mais pas le plus sage non plus. Il y a quelques années, il y avait trop d'incidents à la Mosson et les gens ne voulaient plus venir, indique Pierre-Marie Grappin, le monsieur sécurité du MHSC. Une famille doit pouvoir aller au stade sereinement sans être agressée verbalement ou physiquement. »
Cette convention est une première au niveau national. Elle formalise des engagements et les dispositifs à mettre en place avec les différents signataires et acteurs de la sécurité dans le stade. Elle prépare la bonne organisation et la gestion sécuritaire d'une rencontre pour lutter contre les actes de violence, de racisme, dans le stade et aux alentours.
Le texte n'est pas une révolution pour le MHSC puisque depuis des années « nous nous investissons pour une meilleure sécurité, via notamment de la prévention auprès des clubs de supporters ». Lors de la montée du club en Ligue 1, l'envahissement de la pelouse a failli faire perdre le match sur tapis vert et coûter l'accession. L'affluence moyenne de la saison dernière était de 18 800 spectateurs. « Parmi eux, on dénombre une centaine de trublions. Il n'est pas normal que cette infime part de spectateurs perturbe la tranquilité de 20 000 personnes », insiste Pierre-Marie Grappin.

sanctions

Depuis le début de la saison, 16 personnes sont interdites de stade de la Mosson. La convention prévoit que le MHSC s'engage à se consituer partie civile. Le Parquet suit les procédures en requérant des peines judiciaires avec obligation de pointage.