« Nous avons affûté nos techniques »

Recueillis par Aurélie Selvi

— 

La karatéka niçoise Sonia Fiuza est capitaine de l'équipe de France de kata depuis 2008.
La karatéka niçoise Sonia Fiuza est capitaine de l'équipe de France de kata depuis 2008. —

La valeur n'attend pas le nombre des années, c'est ce que prouve la karatéka Sonia Fiuza. A tout juste 24 ans, cette Niçoise, capitaine de l'équipe de France kata*, s'envole jeudi pour la Serbie. Destination : les championnats du monde de Belgrade, du 27 au 31 octobre.

La compétition approche.

Pas trop stressée ?
L'équipe est plutôt sereine. Chacune se prépare individuellement, moi à Nice, Clotilde Boulanger à Paris et Céline Chevallier à Lyon. On se met au point physiquement. La pression, c'est sur place qu'elle commencera à monter…
Comment vous êtes-vous préparées ?
Via des entraînements mais aussi en participant à des compétitions stratégiques, comme l'Open d'Allemagne en septembre et celui d'Autriche début octobre. Cela nous a permis de tester des choses, de se remettre en confiance, mais aussi de jauger l'évolution de nos adversaires, notamment les Italiennes et les Allemandes.
Au championnats du monde, ce sont les Japonaises qu'il faudra mater...
Elles ont ça dans le sang et ne manquent ni de maturité, ni de charisme… En 2008, elles ont pris la première place [l'équipe de France a fini vice-championne] mais nous étions une jeune formation, qui disputait ses premiers championnats du monde. Depuis nous avons affûté nos techniques. On a la puissance suffisante pour proposer un karaté très athlétique. Cette fois, on vise la plus haute marche.

Votre blessure au genou est oubliée ?
L'opération de cet été s'est bien passée. J'ai toujours une petite réserve mais je suis prête à tout donner la semaine prochaine aux championnats !