Rien que pour leurs cheveux

oihana gabriel

— 

Les hommes préfèrent les blon­des, enfin surtout depuis qu'Hollywood a imposé ce stéréotype. Car l'exposition « Brune/ Blonde », qui revisite l'histoire du cinéma tirée par les cheveux, revient sur les clichés capillaires. Avant les années 1930, la séductrice était brune, la femme au foyer blonde. L'impérialisme de la blondeur fut dicté par le grand écran.
Ce petit parcours détaille les gestes de séduction, les coiffures du mon­de et les coupes de l'émancipation, donc l'image des femmes à travers les arts. Louise Brooks et son carré court, le cheveu lâche de Bardot ou la coupe garçonne de Jean Seberg ont lancé des modes.

Rita, Julie, Penélope...
On passe de La Danaïde de Rodin aux photos d'Avedon;à la projection d'extraits de films : Rita Hay­worth ensorcelante dans Gilda, Julie Andrews trompant son monde dans Victor Victoria ou Penélope Cruz enfilant une perruque blonde dans Etreintes brisées. On savoure des vidéos qui explorent les rivalités et métamorphoses féminines.

pratique De 4 à 8 €. Jusqu'au 16 janvier 2011 tlj sauf le mardi, jeudi jusqu'à 22 h à la Cinémathèque française, 51, rue de Bercy, 12e. M° Bercy. www.cinematheque.fr.