Mon beau patron, roi à l'usine

oihana gabriel
— 

 Un hymne pour le bien-aimé PDG, une danse de la chenille pour exprimer sa joie de travailler, une cérémonie de remise des médailles aux plus méritants… Pour un peu, l'usine Bisson ressemblerait à une entreprise modèle. La très attendue Zabou Breitman a fait un détour par le cinéma avec les films La Crise et Ma petite entreprise. Dans sa nouvelle pièce, elle marie ces deux titres et épouse la causticité de la romancière Lydie Salvayre pour dézinguer la (sur)vie au travail. 

 Délicieusement caustique
Evidemment, cette superbe cérémonie ultra-hypocrite censée célébrer le bonheur au boulot va se transformer en cauchemar pour la direction. Dans les coulisses, les pétards explosent et les ouvriers hurlent. Sur scène, les salariés récompensés régalent l'auditoire du témoignage glaçant de leur triste existence. L'auteur pousse l'ironie jusqu'à donner la parole à la veuve d'un ouvrier qui s'est suicidé et à dévoiler une typologie de l'ouvrier politiquement incorrecte… Si ce spectacle délassant joue de façon un peu systématique sur l'humour noir, on rit grâce à des comédiens épatants. Le sourire crispé, le regard las, le cadre machiste, tout est délicieusement outré. Ce spectacle a reçu le label « recommandé par la médecine du travail contre le stress ». 

pratique

De 10 à 34 €. Jusqu'au 9 octobre au théâtre du Rond-Point, 2 bis, av. Franklin-D.-Roosevelt, 8e. M° F.-Roosevelt. www.theatredurondpoint.fr.