« Des films biscornus »

oihana gabriel

— 

Un pneu serial killer, héros de la Semaine de la critique à Cannes, dans Rubber de Quentin Dupieux, des zombies qui déferlent sur Los Angeles chez Bruce Labruce… Le cinéma décalé est encore à l'honneur à l'Etrange Festival, avec soixante-quinze films sélectionnés par son directeur, Frédéric Temps.

Seizième édition rime avec…
Seize ans de passion. C'est nécessaire pour un festival bénévole.

Les qualités requises pour

faire partie de votre sélection ?
Etre un bon cinéaste et présenter un film singulier ou biscornu.

La révélation de cette année ?
Four Lions de Chris Morris. Ce réalisateur est à lui tout seul un nouveau Monty Python. Il a déjà fait grincer des dents en Grande-Bretagne avec sa série « Jam ». Il présente une comédie ironique sur quatre terroristes islamistes.

Le film le plus loufoque de cette édition ?
Rubber de Quentin Dupieux. C'est le symbole de notre festival, un film très bien tenu qui dézingue le genre. J'ai eu l'impression de voir le thriller Hitcher de Robert Harmon (1986), mais dont le héros serait un pneu. On pourrait prendre ce principe et adapter Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy avec des cendriers…

L'invité le plus drôle ?
Alejandro Jodorowsky. Un artiste mythique, non dénué d'humour. Il va d'ailleurs le prouver en proposant un crypto cinéma de trente minutes pour sa carte blanche.

Le meilleur Etrange Festival ?
L'an passé. Après deux ans d'absence, on a vu le public nous dire : « Enfin, vous êtes revenus ! »

Le film qui vous a le plus hanté ?
Freaks (1932) de Tod Browning. A 7 ans, j'ai entrevu des images de la femme-poule… C'est le film le plus poétique sur l'horreur de l'inconnu.

pratique

De 6,50 à 8 €. Dès demain et jusqu'au 12 septembre au Forum des Images, 2, rue du Cinéma, 1er. www.forumdesimages.fr.