images nouvelles du japon

oihana gabriel

— 

Sawako Decides, un des deux films japonais choisis pour la compétition.
Sawako Decides, un des deux films japonais choisis pour la compétition. —

Ni Kitano, Ni Miyazaki. Seul Kurosawa, qui aurait eu 100 ans cette année, échappe à cette sélection anti-célébrités. Le festival Paris Cinéma présente une centaine de films de tous genres et offre une bonne occasion d'explorer la cinématographie japonaise aussi variée que méconnue. « A part la figure monumentale de Kitano, on connaît très mal les films nippons, alors qu'il en sort environ 400 par an au Japon. On avait envie de faire découvrir ce qu'on ne voit pas d'habitude. Et de couvrir les films d'animation comme les films de genre, souligne la directrice du festival Aude Hesbert. Les gros succès du box-office là-bas n'arrivent pas jusqu'en France, on voit plutôt un cinéma d'auteur. »

Une comédie culottée
Programme éclectique d'inédits donc. Parmi les raretés immanquables, les trois films de Sadao Yamanaka, une célébrité au Japon, totalement inconnu en France. Le festival invite aussi deux actrices japonaises de renom : Rinko Kikuchi, découverte dans Babel et Shinobu Terajima, qui viendra présenter en avant-première Le Soldat dieu, un film de Koji Wakamatsu pour lequel elle a reçu un Ours d'argent à Berlin. Plus original, la programmation confronte les créations de jeunes cinéastes nippons et le regard de réalisateurs étrangers (Hiroshima mon amour d'Alain Resnais, Lost in Translation de Sofia Coppola…). « Ce pays fascine toujours, sans doute parce qu'il est culturellement riche et lointain. Mais dans la section Le Japon vu par… on retrouve certains clichés : yakuzas, geishas… Alors que les réalisateurs nippons contemporains nous touchent autant que les autres avec des sujets universels. On a ainsi sélectionné deux films coups de cœur pour la compétition du festival. Sawako Decides, une comédie culottée, évoque le chômage et l'écologie. Sweet Little Lies parle avec délicatesse de l'adultère. » Quant aux plus jeunes, ils seront ravis de retrouver la petite chatte Komaneko, qui s'apprête à fêter Noël.

pratique

5 € la séance, 30 € le pass. Jusqu'au mardi 13 juillet www.pariscinema.org.