Corps et esprits s'échauffent

Manuel Pavard

— 

Journée riche en événements hier au GF38. Le matin, les footballeurs grenoblois reprennent le chemin de l'entraînement. L'après-midi, on apprend que la DNCG autorise la présence du club en Ligue 2 la saison prochaine.
En début de journée, les joueurs ont donc effectué footing et étirements dans une ambiance relativement studieuse et détendue sous le soleil de la Poterne. Un groupe jeune et restreint dont étaient absents Laurent Battles et Nassim Akrour, tous deux en instance de départ, ainsi que, plus surprenant, Saphir Taïder. Ljuboja, Sauget et Romao, annoncés partants également, étaient en revanche bien présents.

Bazdarevic déjà très inquiet
« Content de retrouver les joueurs et de reprendre malgré des vacances pas très reposantes », Mécha Bazdarevic est néanmoins apparu assez fataliste. « Depuis quatre ans, la reprise est à chaque fois perturbée par des éléments extra-sportifs. Je n'ai jamais pu débuter une saison normalement, en ayant choisi mes recrues. J'ai pourtant con­senti à des sacrifices financiers pour rester… »
L'entraîneur bosniaque est visiblement circonspect sur le projet sportif grenoblois : « Ce matin, je peux compter sur un effectif de 16 joueurs. C'est trop juste ». Le pari de la jeunesse porté par Index lui paraît d'ailleurs insuffisant. « Il nous faut aussi des cadres, des garçons comme Dieuze ou Paillot. Ça ne sert à rien d'annoncer un budget de 12 millions si on ne peut pas recruter. » Quant aux objectifs pour la saison prochaine, difficile de les afficher clairement pour Bazdarevic qui ne se voit pas jouer la montée si rien ne bouge. « Pourtant, quel potentiel avec cette ville et ces ­supporters ! »