Griffes du graffiti

oihana gabriel

— 

Cela fait déjà quelques années que les graffs et tags épatent les galeries. Si M. CHAT a trouvé son Petit Endroit, le street art vous donne rendez-vous dans quatre autres galeries parisiennes.

La galerie Magda Danysz. Petit cours d'histoire de l'art avec l'exposition événement «Seen Please Enjoy». Le «parrain» (photo) du graffiti a épousé cet art de la rue dès l'âge de 11 ans, s'escrimant sur les trains du Bronx. Toiles abstraites, longues lettres colorées, graff sur tôle ou influence du tatouage, l'exposition promet d'alléchantes découvertes, en présence du Godfather demain à 18 h.

Le cabinet d'amateur. Il met à l'honneur le « Pochoir(s) » en présentant quatre précurseurs. On pourra y admirer les silhouettes sensuelles de Miss. Tic, les animaux de Mosko et associés, les images d'amour de Mr. Lolo et le coup de pinceau de Martin.

La Galerie Ligne 13.
Trois artistes qui manipulent trois supports différents s'installeront dès le 10 juin. Quasikunst, un technicien du pochoir a choisi le métal, son camarade berlinois El Bocho le papier et Artiste-Ouvrier appose ses lignes sinueuses sur de vieux vinyles.

Adodart. Une nouvelle galerie d'art contemporain ouvre ses portes à Neuilly. Et pour bien se lancer, elle a choisi de présenter avec « Mûrs après Murs » les graffs de Dize, Edib et Wow, aussi à l'aise dans le décor urbain que sur des toiles.