J'ai deux amours…

oihana gabriel

— 

J'aime mon mari et son meilleur ami ! A partir d'un script banal, Harold Pinter nous embarque dans un superbe tourbillon de passions et de déceptions avec Trahisons.
Sous la forme de flash-backs, on remonte l'histoire d'un ancien adultère entre Emma et Jerry. Les relations du trio s'éclairent petit à petit avec des répliques non dénuées d'humour. Les amants louent un appartement, qui prend la poussière à mesure que leur amour dépérit, pour y abriter leur union loin de leurs familles. Les comédiens restituent avec aisance cette gêne rentrée, cette souffrance dont on ne souffle mot, mais qu'on endort avec l'alcool. Et les scènes de déballage sont si justes qu'on ressent cette déchirure lorsque Laetitia de Fombelle, avec un naturel confondant, avoue son infidélité de sept ans à son mari.

Première mise en scène
Dérangeante et profonde, la pièce épurée – la première mise en scène de Serge Onteniente – nous parle simplement d'une question universelle.