le Vélobleu roule sur la piste de ses aînés

aurélie Selvi et j.-c. Magnenet (avec nos bureaux régionaux)

— 

Le système de vélo-partage va bientôt s'étendre à Cagnes-sur-Mer et à Saint-Laurent.
Le système de vélo-partage va bientôt s'étendre à Cagnes-sur-Mer et à Saint-Laurent. —

Nice s'est lancé sur le créneau du vélo-partage en juillet dernier. Huit mois après, le pari d'insérer des vélos dans les rues est-il réussi ? « Avec 1 000 locations en hiver, 2 000 en été et plus de 5 700 abonnés, le résultat va au-delà de nos espérances », assure Alain Philip, vice-président de la communauté urbaine délégué aux transports. La fréquentation est pourtant en deçà du système bordelais Vcub, lancé fin janvier dans la 9e ville de France (voir tableau ci-dessous). Il faut dire que les débuts du Vélobleu n'ont pas été tout roses… Le dispositif niçois, composé d'un boîtier relié au vélo par un câble, a dû être renforcé deux mois après sa mise en service, « à la suite d'une importante vague de dégradations et de vols », concède David Josephson, le directeur de Veloway, société d'exploitation filière du groupe Veolia.

Le paiement via mobile pour mai
Nice a délibérément refusé d'opter pour un système d'accrochage par le cadre du vélo, déjà éprouvé à Lyon ou Paris : « Nous avons choisi notre point faible, argue David Josephson. Dans la capitale, quand un vélo est volé, la station est dégradée et sa remise en service difficile. Chez nous, la majeure partie des cycles sont peu abîmés et facilement réintégrés. » Veloway a tout de même dû remplacer 200 vélos définitivement perdus il y a six mois. Mais les différences du dispositif Vélobleu pourraient bien devenir un atout. Parfois lents à l'allumage (20 à 40 secondes), « ses boîtiers électroniques seront les premiers à permettre un paiement sans contact, grâce au téléphone mobile, d'ici au mois de mai », annonce Alain Philip, qui travaille à l'extension du système à Cagnes-sur-Mer pour janvier, puis à Saint-Laurent.

On a testé  le site Web vélo bleu

« Vous voulez savoir combien de vélos sont disponibles ? Cliquez sur la station désirée et découvrez les disponibilités ! » C'est ce que propose l'application « temps réel » du site velobleu.org. Info ou intox ? Pour le savoir, nous avons arpenté quelques-unes des bornes les plus fréquentées de la ville. Première escale au point d'accroche Jean Médecin – Nice Etoile, qui représente 10 % des 1 000 locations hivernales quotidiennes. Le site comptabilise 13 vélos disponibles et 14 emplacements vides : exact. Idem au croisement Masséna – Félix Faure. Du côté de la gare Thiers, en revanche, le Web n'est pas au diapason, avec 13 vélos annoncés en ligne contre 19 à disposition. Ça coince aussi au palais de justice avec 8 vélos annoncés au lieu de 12.