Une Galaxie de rebondissements

Joël Métreau

— 

Clank le robot manipule le contrôle du temps afin de résoudre des énigmes.
Clank le robot manipule le contrôle du temps afin de résoudre des énigmes. —

Joyeux et débordant d'imagination dans son design, « Ratchet & Clank : A Crack in Time » clôt une trilogie formée avec « Opération Destruction » et « Quest for Booty ». Développées par Insomniac Games, ces aventures intergalactiques sont menées à toute berzingue, dans des environnements colorés et des niveaux variés. Les héros ? Ratchet, un Lombax, soit un finaud de félin aux grands yeux verts, et Clank, son acolyte de robot doué de la parole.

Le duo est complété par une galerie de personnages secondaires, comme ­Docteur Nefarious, grand méchant, et Capitaine Qwark, superhéros frimeur. Au début de l'épisode de cette saga entamée en 2002, Ratchet part au secours de Clank, prisonnier du Docteur Nefarious. Une mission, aux multiples rebondissements, qui va l'amener aussi à découvrir ses origines.

Plein d'humour et entrecoupé de cinématiques dignes d'un joli film d'animation, le jeu amène à contrôler tour à tour les deux protagonistes. Mécanicien, Ratchet se balade avec une clé et un arsenal d'armes rigolotes comme le constructobombes ou Monsieur Zurkon, robot de combat éminemment bavard. Il faut compter aussi sur l'érupteur sonique, une créature qui libère des rots contre les cibles, et des hoverbottes pour se déplacer à grande vitesse. Le gameplay est orienté vers le jeu de plate-forme et de tir, mais on peut explorer la galaxie à bord de l'Aphelion, le vaisseau spatial de Ratchet. De son côté, Clank fait face à des casse-tête, que le joueur résout en manipulant le temps. Exclusif à la Play­Station 3 et s'adressant au grand public, « Ratchet & Clank : A Crack in Time » est une virée dans l'espace attachante. W