Des Canaris attendus au tournant

David Phelippeau

— 

Deux minutes et quinze secondes montre en main. La conférence d'avant-match de l'entraîneur Gernot Rohr a été expédiée, hier. Non pas parce que le coach nantais n'apprécie pas l'exercice, mais tout simplement car les journalistes étaient en pénurie de questions... C'est bien la preuve que le FC Nantes - sur le plan sportif - se porte bien. Les Canaris occupent la deuxième place de la L2 et n'ont pas connu la défaite en championnat depuis neuf matchs...

Pour autant, l'entraîneur nantais ne fanfaronne pas et prévient même : « Il ne faut pas se mettre une pression supplémentaire à vouloir rattraper l'équipe de Caen [leader à six points], on pourrait commettre des imprudences. » Une retenue légitime pour un coach qui sait que sa formation marche sur un fil à chaque rencontre. Surtout parce qu'elle s'appelle le FC Nantes. « Tout le monde a envie de nous battre... », nous confiait il y a quelques jours le milieu Harlington Shereni. Dijon, ce soir, ne dérogera sans doute pas à la règle. Florian Jarjat, l'ancien Dijonnais, a déjà averti ses coéquipiers qu' « un match très difficile » les attendait. Il le sera d'autant plus que Rohr sera finalement privé de plusieurs titulaires. Jean-Jacques Pierre (cuisse), Djamel Abdoun (fatigue) et Monsef Zerka (pied) n'iront pas en Bourgogne. W