Revoyez votre crédit à la baisse

Coralie Donas

— 

Historiques, exceptionnels… Les superlatifs sont légion pour qualifier le faible niveau des taux actuels de crédit immobilier. Pour ceux qui auraient souscrit un crédit dans des temps moins favorables, renégocier avec sa banque est une option dont l'issue reste incertaine puisque la banque avait elle-même emprunté plus cher au moment de la souscription. Reste donc le rachat de crédit par une banque concurrente.
« Ceux qui ont un emprunt avec un taux à 4,50 % doivent le faire, à 4,20 %, il faut réfléchir aussi. Un dossier lambda de crédit sur 20 ans se négocie en dessous de 3,50 % aujourd'hui », souligne Maël Bernier, porte-parole d'Empruntis.
« La question se pose vraiment si l'emprunteur cumule au moins deux des trois critères suivants, renchérit Philippe Taboret, directeur général de Cafpi : un écart entre son taux actuel et le nouveau de 0,5 point minimum, avoir encore au moins dix ans de crédit à régler et un capital restant dû d'au moins 80 000 €. »

« Valoriser son bien »
Un rachat de crédit ne se fait pas sans frais. Il faut s'attendre à payer les pénalités de remboursement anticipé, la garantie et les frais de banque ou de courtage. Comme pour une première demande de crédit, l'emprunteur devra équilibrer ses comptes, solder ses crédits revolving, mettre en avant ses points forts. « Il pourra aussi renégocier les frais de dossier, la modulation de son prêt sans frais et la transférabilité », indique pour sa part Estelle Laurent, responsable de la communication chez Credixia.
Place enfin à l'optimisation du nouveau plan de financement. L'emprunteur peut choisir de garder des mensualités équivalentes et réduire la durée d'emprunt, ce qui diminue le coût total du prêt, éventuellement se tourner vers la délégation d'assurance pour faire baisser ce montant aussi. « Récemment, un client a profité de l'économie réalisée pour financer des travaux de rénovation, relate Philippe Taboret. Cela peut être une l'occasion de valoriser son bien. »