Le MHSC n'a pas tout perdu

Jérôme Diesnis

— 

Les droits TV, une formidable manne pour le MHSC (ici face à Olympiakos).
Les droits TV, une formidable manne pour le MHSC (ici face à Olympiakos). —

Dans ce domaine, au moins, aucune mauvaise surprise n'est venue troubler leur début de saison. Avant même de poser l'orteil sur la pelouse de la plus grande épreuve de clubs au monde, les champions de France étaient assurer de toucher le jackpot. La qualification en Ligue des champions a eu un effet immédiat : un appel d'air financier, puisque le budget prévisionnel du club a bondi de 27 millions d'euros (lors de la redécouverte de l'élite en 2009-2010) à 60 aujourd'hui.

21 millions de l'UEFA
Certes, on est loin du record européen du Real Madrid (480 millions d'euros) ou même de Schalke 04 (203 millions), ultime adversaire de cette phase de poule qui fut un calvaire sportivement (un nul et quatre défaites). Mais avec un hausse du budget prévisionnel de 52%, le MHSC a croqué lui aussi sa part de gâteau.
Le titre en L1 est passé par là (les droits TV sont en partie indexés sur la place en championnat), mais surtout le tiroir-caisse de l'UEFA (l'apport estimé à environ 21 millions d'euros). Pour ne pas hypothéquer l'avenir, le club a envisagé une hypothèse basse : une 17e place en L1 et une élimination prématurée en Europe. Ses résultats lui donnent raison. Une partie de cette somme a été investie dans Grammont, centre d'entraînement et siège social, racheté à la mairie pour 6,5 millions. Une autre dans le fonctionnement au quotidien. Le reste dans les transferts (les 12 millions du transfert d'Olivier Giroud à Arsenal en prime). Soit une enveloppe de 13,7 millions pour quatre joueurs. Pour le moment, c'est très cher payé.