« à Rouen, j'ai la confiance du coach »

Propos Recueillis par Manuel Pavard

— 

Un parfum de revanche flottera sur Pôle Sud, ce mardi soir. Sept mois après la finale de la Ligue Magnus, Grenoble et Rouen s'y retrouvent en effet pour la demi-finale aller de la Coupe de la Ligue, premier volet d'une série de trois matchs en huit jours entre les deux clubs. Pour évoquer ce sommet, un témoin idéal : Loup Benoît, l'ancien attaquant des Brûleurs de Loups parti cet été chez les Dragons.
Quel effet cela vous fait-il de revenir à Grenoble ?
Je ne m'attendais pas à jouer trois matchs de suite contre Grenoble. Ce sont de belles retrouvailles et ça va être plaisant de revenir à Pôle Sud, avec une superbe ambiance. Ce sera un match assez particulier pour moi mais je dois faire abstraction de mes émotions et ne pas me poser de questions. Pendant 60 minutes, je vais oublier mes amis de l'autre côté et on se retrouvera après la rencontre.
Vous êtes-vous

bien adapté à Rouen ?
Oui, très bien. Tous les joueurs sont logés dans le même immeuble et le club fait tout pour que ça se passe bien. J'étudie toujours à l'école d'architecture, qui met vraiment en avant ses sportifs de haut niveau, plus qu'à Grenoble en tout cas.
Comment se sont passés les débuts chez les Dragons ?
Le choix de quitter les BDL était difficile mais Rouen m'a proposé une offre très alléchante : gagner du temps de jeu et jouer la Coupe d'Europe. A Grenoble, j'ai été blessé en début de saison et je n'ai pas pu beaucoup communiquer avec le coach ensuite. Cette saison, je suis arrivé plein d'envie. J'ai été aligné dans de bonnes conditions en préparation, puis les matchs se sont enchaînés. Résultat : je prends du plaisir, je joue bien et j'ai gagné la confiance du coach.
Comment expliquer le début manqué de Rouen, puis votre regain de forme ?
Il y a eu un temps d'adaptation dû aux départs et arrivées. En plus, on est l'équipe à battre, attendue au tournant partout. On n'a pas su le gérer mais ça nous a aussi permis de redescendre sur terre. Aujourd'hui, on est revenu dans la course : on reste sur une bonne série en Ligue Magnus et dans les deux coupes. On joue toutes les compétitions pour les gagner.