anic va revoir la vie en bleu

jeremy goujon

— 

Igor Anic, en 2009, contre la Lettonie.
Igor Anic, en 2009, contre la Lettonie. —

Cela fait de lui le premier joueur de Cesson à connaître les honneurs de l'équipe de France. « En A », précise le président Philippe Barberet, par allusion aux divers Irréductibles sélectionnés chez les jeunes. Igor Anic (25 ans) n'en est pas pour autant un bizuth. Le pivot affiche en effet six capes au compteur, toutes datant de 2009, époque où il évoluait à Kiel (Allemagne). « Avant de disputer les Jeux Méditerranéens, j'avais pris part à un match de qualification à l'Euro 2010. » En l'occurrence en Lettonie, victorieuse d'Experts ayant déjà assuré l'essentiel.

Carpe diem
L'élément formé à Montpellier garde un meilleur souvenir de sa dernière expérience en Espagne (voir encadré), à l'heure de retrouver les Bleus pour deux rencontres qualificatives à l'Euro 2014. Le 1er novembre à Rouen, contre la Lituanie, puis trois jours plus tard, en Turquie. « Je ne m'y attendais pas du tout. Dans la liste des 17 [dévoilée le 16 octobre], il y avait déjà trois pivots : Bertrand Gille [finalement laissé au repos], Cédric Sorhaindo et Grégoire Detrez. Je me disais : « Tant pis ». Alors quand Claude Onesta me l'a annoncé hier [mercredi, après la défaite à Toulouse], ce fut une vraie surprise. J'étais très content. » Si les huit buts inscrits en Haute-Garonne ont sûrement contribué à convaincre le grand patron, les performances précédentes ont aussi pesé dans la balance. « C'est la récompense du travail effectué avec le groupe cessonnais. Ces dernières semaines, on avance tous ensemble. Pour moi, c'est la cerise sur le gâteau », s'enthousiasme Anic, de retour cette saison dans l'Hexagone pour « jouer un peu plus ». Un pari gagnant, même si rien n'est encore acquis. « Mon ambition est de profiter de l'instant présent. La concurrence est rude à mon poste, d'autant que Sorhaindo assimile de mieux de mieux son rôle de n°1. C'est un pas en avant, mais il me reste du boulot. »

un but inoubliable

1er novembre 2009. La France défie l'Espagne en match amical,à Madrid. Score final 23-23, avec le but de l'égalisation signé Igor Anic. « Je m'en souviens comme si c'était hier, car j'avais marqué avec la chasuble du gardien. Ce moment restera gravé à vie. »