pour le MHSC, Jamel Saihi est indispensable

Jérôme Diesnis

— 

Jamel Saihi, aux côtés de Souleymane Camara, règne depuis deux ans dans la récupération.
Jamel Saihi, aux côtés de Souleymane Camara, règne depuis deux ans dans la récupération. —

Peu de monde est capable de répondre à cette question. A la lecture des chiffres, quel est le joueur indispensable à Montpellier ? La réponse ne se cache ni du côté de Mapou Yanga-Mbiwa, ni de Younès Belhanda, pour se limiter aux plus médiatisés.
C'est dans le rôle obscur de récupérateur, que Jamel Saihi est devenu indispensable à Montpellier. Sa superbe performance contre Arsenal l'a mis à la lumière. Elle confirme ses stats impressionnantes depuis un an et demi ; depuis qu'il s'est imposé comme un titulaire. Sans lui (à onze reprises), le MHSC est une équipe moyenne qui ronronne à 1,55 point par match. Avec, le champion de France en puissance récolte 2,16 points par match.

L'enfant du pays
Saihi, c'est un gros boulot défensif jumelé au soucis constant de jouer vers l'avant. « J'ai encore à progresser, mais j'aime le jeu, évoluer avec des éléments offensifs qui savent ce qu'ils feront du ballon avant de le recevoir. » A l'exemple d'Arsenal où l'élément le plus sollicité (après Yanga-Mbiwa) a distillé les deux tiers de ses passes vers l'avant, vers Rémi Cabella (11) et Younès Belhanda (10) essentiellement.
Le Montpelliérain de naissance, du quartier Mas Prunet, est arrivé par hasard au club à 10 ans (il en a 25) alors qu'il suivait ses potes. « C'est une fierté d'être champion de France dans la ville où je suis né, où j'ai grandi et où j'ai franchi tous les échelons.  » L'international tunisien en est devenu un joueur essentiel. Il le savoure d'autant plus qu'il vient de loin. Titulaire sous Rolland Courbis en L2, il a dû patienter pendant deux ans, entre choix et blessures. « Sa réussite n'est pas surprenante », évoque son ex-coach. « Il a gagné en patience. C'est un joueur essentiel à un poste de plus en plus compliqué. » Son éclosion a coïncidé avec un club dont il est un pur produit du centre de formation. Comme sept des quatorze joueurs ayant foulé la pelouse contre Arsenal. Sacrée école...