Jeux d'argent sur Facebook: « La régulation française est très différente de la régulation anglo-saxonne»

0 contributions
Publié le 10 août 2012.

INTERVIEW - Le jeu d’argent a fait son apparition sur Facebook cette semaine avec l'appli «Bingo Friendzy», accessible uniquement aux utilisateurs britanniques pour le moment. D'autres jeux devraient suivre. Ont-ils une chance d'arriver en France? «20 Minutes» a interrogé le président de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel), Jean-François Vilotte...

Depuis mardi, les membres britanniques de Facebook peuvent jouer au bingo sur le réseau social, avec de l’argent réel.  C’est une première. L'application, Bingo Friendzy, est développée par Gamesys, qui exploite Jackpotjoy, le principal site Web de bingo outre-Manche. Est-ce que Facebook pourrait se lancer dans la même aventure en France?

Facebook pourrait lancer les jeux d’argent en France seulement si le jeu qu’il propose est autorisé. S’agissant du jeu qu’il vient de lancer au Royaume-Uni [Bingo Friendzy], ce n’est pas le cas. Parce que la loi de mai 2010 n’a ouvert que trois catégories de jeux d’argent en ligne: le poker, les paris sportifs et les paris hippiques. Si Facebook choisit de proposer un jeu de poker, c’est possible mais il faut qu’il sollicite un agrément auprès de l’Arjel. Il faudra qu’il satisfasse à l’ensemble des contraintes imposées aux opérateurs.

Quelles sont ces contraintes auxquelles les opérateurs doivent se soumettre en France?

D’abord, une interdiction de jeux aux mineurs, qui est contrôlée par l’envoi matériel de la pièce d’identité de la personne qui ouvre le compte joueur. Ça doit être la même personne qui possède le compte paiement sur lequel les gains peuvent être reversés. Il faut aussi que le logiciel soit homologué par l’Arjel avant que le jeu soit lancé. C’est important. Quand des jeux en ligne font appel au hasard, les logiciels génèrent des nombres aléatoires: il faut s’assurer de leur sincérité. Il faut également que l’application crée un dispositif d’enregistrement informatique de toutes les données échangées avec ses clients en France, qui sont archivées dans des coffres informatiques auquel le régulateur peut accéder à tout moment.

Est-ce très différent de ce qui se fait outre-Manche?

Oui, la régulation française est très différente de la régulation anglo-saxonne qui confère plus d’autonomie aux opérateurs. Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, ils ne sont contrôlés qu’a posteriori. L’opérateur sera sanctionné s’il y a un problème, mais il n’y a pas de contrôles systématiques.

Dans le cas du jeu en ligne sur Facebook, comment savoir si les joueurs sont bien majeurs? On ne peut pas se fier uniquement aux dates de naissance entrées sur le réseau social par les utilisateurs…

C’est tout à fait la régulation à l’anglo-saxonne. Le jeu est interdit aux mineurs mais rien ne précise les moyens qui vont devoir être employés pour éviter qu’ils ne jouent. En France, Facebook devra obligatoirement se soumettre à la loi française, c’est-à-dire que les joueurs français devront nous faire parvenir une preuve de leur identité.

Facebook est-il entré en contact avec vous pour lancer des jeux d’argent dans l’Hexagone?

Non. Mais s’il souhaite le faire, le réseau social ou l’éditeur du jeu d’argent devra déposer une demande d’agrément auprès de l’Arjel. Un collège de l’Autorité, une commission administrative indépendante composée de sept membres, décidera.

Que pensez-vous de l’arrivée du réseau social dans ce domaine?

On reste attentif. Par ailleurs, on a créé récemment une commission spécialisée qui planche sur l’adaptation de la régulation aux nouveaux modes d’accès à Internet comme la TV connectée, les smartphones, les tablettes tactiles, etc. Elle appellera à une vigilance importante.

Propos recueillis par Anaëlle Grondin
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr