Page du réseau social Facebook.
Page du réseau social Facebook. - RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

A.L

Le 27 juillet, Facebook fanfaronnait: certes, la société voyait sa cotation boursière plonger, mais le nombre de comptes approchait le milliard. 955 millions d’utilisateurs actifs par mois, un chiffre en progression de 29% sur un an. Une semaine plus tard, l’entreprise de Mark Zuckerberg a apporté dans un document boursier officialisant ses résultats trimestriels une précision de taille: 83 millions de ces comptes seraient en fait des comptes fantômes à désactiver.

1,5% des comptes considérés comme «indésirables»

Que sont exactement ces comptes fantômes? Facebook estime que la majeure partie d’entre eux sont des comptes dupliqués par une même personne. Ils représenteraient 4.8% des utilisateurs actifs.

Nombreux sont aussi ceux à ouvrir des comptes (et non des pages, ce qui est permis) pour une entreprise, une association, ou un animal domestique. 2,4% des comptes Facebook existants sont de ce type. Ces comptes peuvent être convertis en pages sans perdre aucune information.

Enfin, 1,5% des comptes sont considérés par le réseau social comme «indésirables», c'est-à-dire susceptible d’avoir été créées avec des intentions malveillantes, telles que la propagation de spams.

Plus de faux comptes dans les marchés en développement

Facebook a également étudié la répartition géographique de ces comptes. «Nous pensons que le pourcentage de comptes faux ou dupliqués est nettement plus bas dans les marchés développés comme les Etats-Unis ou l’Australie et plus élevé dans des marchés en développement comme l’Indonésie ou la Turquie» a précisé le réseau.

Le réseau social a le pouvoir de désactiver n’importe quel faux compte, mais affirme ne pas effacer les informations du serveur «pour des raisons de sécurité». Si Facebook ferme votre compte, vous devrez attendre l’autorisation de l’entreprise pour en créer un nouveau.