Early Flicker: «Il n'est pas question de créer une marque Anonymous»

9 contributions
Publié le 6 août 2012.

WEB - Le gérant d'Early Flicker, la société ayant déposé le logo et le slogan des Anonymous, explique ne pas l'avoir fait à des fins commerciales...

Le dépôt en février dernier du logo et du slogan Anonymous auprès de l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), mais repéré lundi sur Twitter, a déclenché la colère des Anonymous, qui ont diffusé mardi une vidéo affirmant «Anonymous va mettre hors-ligne tout site ou business qu'elle possède et ne s'arrêtera pas avant que la licence ait été révoquée et des excuses publiques reçues.»

Le gérant de la société Early Flickr, qui a découvert la polémique suscitée alors qu’il est actuellement à l’étranger, dit être «sous le coup de l’étonnement face à la folie qui résulte aujourd’hui» du dépôt pourtant «fait dans la discrétion absolue en février».

«AUCUNE INTERDICTION n’a été mise en place pour l’utilisation» des logos

«L’idée elle-même de m’enrichir en opposant un copyright (…) ne m’est jamais venue à l’esprit» explique-t-il, affirmant  que depuis le dépôt des logos et slogan en février, «AUCUNE INTERDICTION n’a été mise en place pour leur utilisation, et AUCUN CENTIME n’a été réclamé à travers le copyright».

Estimant que ses intentions ont été mal interprétées, le gérant poursuit: «Je confirme donc publiquement me porter garant de leur utilisation gratuite et légale en France par tous ceux qui se reconnaîtront dans les idéaux d'Anonymous, et ceci aussi longtemps qu'il me le sera permis par les sympathisants du mouvement.»

«Soyons clairs, il n’est absolument pas question de créer une "marque" Anonymous» insiste Apollinaire Auffret, qui présente Early Flicker comme une «petite entreprise» aux «profits minimes», ne vendant que «deux ou trois objets par jour». «Je n’ai jamais vendu en gros de T-shirts à l’effigie du mouvement» des Anonymous, «je ne fais que poser une image sur un objet, au choix du client, comme le font des centaines d'autres sites comme le mien» assène-t-il.

Le gérant conclut en précisant qu’il «échange actuellement avec le comité de soutien France des Anonymes» et fera «à leur demande ce qui leur semblera dans l’intérêt du mouvement».

A.L et P.B
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr