Page d'accueil du site Facebook.
Page d'accueil du site Facebook. - CLOSON DENIS/ISOPIX/SIPA

Bérénice Dubuc

Facebook peut parfois vous pourrir la vie. Pour éviter de vous retrouver dans la même situation que ce jeune habitant du Puy-de-Dôme, qui n’a plus 29 mais près de 50.000 «invités» à sa fête d’anniversaire, à cause d’une mauvaise maîtrise du réseau social, 20 Minutes vous prodigue ses cinq conseils -techniques mais aussi de bon sens.

La confidentialité du profil

Le Graal réside en trois mots: «Paramètres de confidentialité». Ils se trouvent dans le menu déroulant en haut à droite de votre page Facebook (cliquez ici pour y accéder si vous êtes déjà connecté). Votre profil est visible par «tout le monde» (attention, à prendre au sens littéral de «le Web en entier», et pas seulement au sens de «tout mon réseau»), vos «amis» seulement, ou vous pouvez les personnaliser à votre convenance.

>> Si vous craignez que votre profil soit malgré tous nos conseils encore trop accessible, notre guide pour transformer votre profil Facebook en Fort Alamo est par ici.

La privatisation des «Événements»

Lorsque vous créez un «événement», au-delà des nom, lieu, date et heure de la fête, assurez-vous surtout que vous avez choisi sur la ligne «Confidentialité» à qui s’adresse la notification de votre «évenement». Rappelez-vous là encore que «tout le monde» est à prendre au sens littéral. Si vous souhaitez restreindre les invités, choisissez «Sur invitation uniquement», et surtout pensez aussi à décocher la case qui va s’afficher en-dessous -«Les invités peuvent convier des amis»-, pour éviter de vous retrouver avec une liste d’invités exponentielle.

La privatisation de publications (statuts, photos...)

Lorsque vous publiez un statut ou une photo, vous pouvez choisir ceux qui pourront y avoir accès. Pour éviter que votre Mémé ne voie une photo de vous, saoule et à moitié nue, dansant sur une table, ouvrez le menu déroulant qui se trouve à la gauche du bouton «Publier», avant de poster ladite photo. Vous pouvez faire de même pour vos statuts. Il est aussi possible de régler le degré de partage de tous vos albums photos dans les «Paramètres de confidentialité», par ici.

Choisir ses amis

Avant de s’assurer de la confidentialité de son compte, le ba-ba de Facebook est de choisir qui l’ont accepte en tant qu’«Ami». Une fois que vous aurez accepté votre belle-mère ou votre chef, plus possible d’en dire du mal. Seule solution, les «unfriender» (les rayer de la liste de vos amis), au risque qu’ils vous en veuillent jusqu’à la fin de vos jours.

Heureusement, vous pouvez restreindre encore plus les accès de certains en créant des «listes».  En cliquant sur «compte, gérer sa liste d'amis», vous pourrez catégoriser votre famille, vos relations de travail, vos copains d’enfance... et gérer au cas par cas ce qu’ils peuvent voir ou pas de votre profil et de votre activité. On vous rappelle tout de même que dire du mal de sa boîte et/ou de son chef sur Facebook a vallu à des salariés d’être licenciés, après qu’un autre employé, l’un de leurs «amis», a fait des copies de leurs échanges sur le site et les ait envoyé à la Direction.

Choisir ce qu’on poste sur son compte

Le conseil semble tout bête, mais il n’est pas si inutile: Facebook est certes un réseau social, mais réfléchir avant de poster quelque chose est tout de même beaucoup plus simple qu’essuyer les plâtres et le regretter ensuite. Alors on évite de publier des statuts, photos ou même commentaires quand on n’est pas dans l’entière possession de ses moyens -au retour d’une soirée bien arrosée, sous le coup de l’impulsion...