Photo d'illustration: Sites Web et réseaux sociaux.
Photo d'illustration: Sites Web et réseaux sociaux. - JAUBERT/SIPA

Nicolas Bégasse

C’est bien connu, beaucoup de sites Web demandent à leurs usagers d’«approuver» leur politique de confidentialité avant de pouvoir jouir de leurs services, Facebook en tête. Et, là aussi ça n’a échappé à personne, rares sont les internautes qui lisent l’intégralité ou même un simple passage de ces blocs de texte rébarbatifs précisant notamment quelles informations confiées au site par l’internaute sont conservées et/ou exploitées.

Des universitaires américaines se sont penchées sur le sujet, pour tenter d’évaluer le temps que prendrait à l’internaute moyen la lecture de toutes ces politiques de confidentialité. Leur étude, publiée en ligne, et repérée mardi par le site Numerama, est édifiante et confortera chacun dans le choix, un peu forcé, de ne pas lire ces réglementations.

Un mois pour tout survoler

Chaque année en effet, il faudrait consacrer 244 heures pour lire toutes les politiques de confidentialité que l’on croise en ligne, ou 154 heures si on ne fait que les survoler. Ce qui représente 30 jours ouvrés.

Pour arriver à ce chiffre, les chercheuses ont évalué le nombre moyen de sites visités par l’internaute américain et comportant une politique de confidentialité à approuver, la longueur moyenne de chacune de ces politiques et la vitesse de lecture de l’Américain moyen. Résultat: l’internaute moyen visite 1.462 sites munis d’une politique de confidentialité, celle-ci compte 2.514 mots et l’internaute, lisant 250 mots par minute, met environ dix minutes à la lire. A titre de comparaison, ce texte compte 250 mots, et a donc dû vous prendre une minute à lire. Vous «approuvez»?