Nouvelles règles de Google: Comment éviter de se faire suivre à la trace

WEB Dès ce jeudi, Google se met à croiser les informations laissées par les internautes sur ses différents services comme Maps, YouTube ou Gmail, afin d'établir un «profil» unique très précis pour chaque utilisateur. Les astuces pour éviter que Google ne s'immisce trop dans votre vie privée...

Anaëlle Grondin

— 

Un internaute fait une recherche sur Google.

Un internaute fait une recherche sur Google. — B.K.Banagsh/AP/SIPA

Ca y est, c’est fait. Le géant américain vient d’harmoniser ses différents services (Maps, Calendrier, Gmail, YouTube, etc.) et propose désormais une unique charte aux internautes qui les utilisent. La firme de Mountain View souhaitait «simplifier» ses règles. Mais il n’y a pas que ça. C’est surtout l’occasion pour Google de croiser les informations laissées par les internautes sur ces divers services pour établir un profil le plus précis possible de l’utilisateur. De cette manière, l’entreprise vise deux objectifs: rendre les résultats de recherche encore plus personnalisés et améliorer la publicité ciblée. Sans surprise, la mise en place de ces nouvelles règles, en vigueur depuis ce jeudi matin, a suscité les craintes de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) et des autorités européennes, qui mènent une investigation à ce sujet.

>> Tout savoir sur la nouvelle politique de confidentialité de Google

La Cnil se pose plusieurs questions: quelles données personnelles sont collectées au final? Que compte en faire Google? Ou encore, qui pourra y avoir accès? Dans le doute, pour ceux qui craignent de voir la firme de Mountain View s’immiscer dans leur vie privée, 20 Minutes a listé quelques petites astuces pour éviter au maximum de se faire tracer par le géant américain.

Ne vous connectez pas systématiquement sur Google

A part pour lire vos courriels ou publier un lien sur Google+, le réseau social made in Mountain View, vous n’avez pas besoin d’être connecté à votre compte Google. Tout le monde peut utiliser plusieurs services de Google comme le moteur de recherche, YouTube et Maps, sans avoir besoin d’un compte Google au préalable. Une fois que vous avez envoyé votre message sur Gmail, par exemple, déconnectez-vous de votre boîte mail pour continuer à surfer. Ainsi, Google n’associera pas vos recherches ou encore les vidéos regardées sur YouTube à votre compte et donc à votre «profil». Google ne saura pas que c’est vous.

Supprimez votre historique de recherche sur Google

C’est l’Electronic Frontier Foundation (EFF), ONG américaine de défense de la liberté d’expression sur Internet, qui le conseille. Car grâce à cet historique, la firme de Mountain View peut retrouver les pages que vous avez visualisées par le passé, y faire des recherches et savoir ce que vous avez lu. Soucieuse de la vie privée, l’EFF a donc publié un billet pour expliquer aux internautes les étapes à suivre pour supprimer cet historique. Pour faire simple: connectez-vous à votre compte Google, allez sur la page https://www.google.com/history et cliquez sur «supprimer tout l’historique Web». L’archivage sera donc suspendu à l’avenir. Google gardera quand même certaines informations sur les recherches pendant 18 mois (qui finiront par être anonymes), mais la firme ne pourra pas s’en servir pour personnaliser le moteur de recherche. Si vous ne supprimez pas l’historique de recherche, Google pourra conserver toutes ces informations aussi longtemps qu’il le souhaite, précise l’EFF. Sinon, il existe d’autres moteurs de recherche. Vous pouvez jongler de temps en temps.

Supprimez votre historique YouTube

Pour cela, connectez-vous à votre compte Google. Allez sur https://www.youtube.com et cliquez sur votre photo en haut à droite puis sur «gestionnaire de vidéos» et enfin «historique». Sélectionnez toutes les vidéos puis cliquez sur «effacer tout l’historique» et «pause viewing history», afin que YouTube cesse de stocker ces informations à l’avenir.  Faites la même chose sur l’onglet suivant, «historique des recherches» en terminant par «désactiver l’historique des recherches». 

Ne cherchez rien sur vous

L’Electronic Frontier Foundation conseille également de ne pas chercher d’informations personnelles sur vous dans le moteur de recherche (même pour vérifier si elles sont disponibles ou non sur Internet), comme votre nom, adresse ou numéro de téléphone. Ce serait donner l’information à Google.

N’enregistrez pas vos chats sur Gmail

Si vous utilisez Gtalk, c’est-à-dire le service de chat proposé par Gmail, pour discuter avec vos contacts, vous avez la possibilité de «passer en mode privé». Cela signifie que vos échanges ne seront pas automatiquement enregistrés par le service de messagerie de Google, ni chez vous, ni chez le contact avec qui vous discutez. Pour activer cette fonction, ouvrez la fenêtre de chat avec un de vos amis. Cliquez sur «Action», puis «passer en mode privé».  

Récupérez vos données et supprimez-les de Google

Pour ceux qui craignent vraiment l’impact des nouvelles règles du géant américain sur leur vie privée et qui optent pour la solution radicale: cesser d’utiliser plusieurs de ses services, comme Google Docs ou Gmail. Il existe un site qui s’appelle Data Liberation (en anglais). Ce dernier vous explique comment récupérer (exporter) vos données et documents depuis Google Docs par exemple, histoire de ne pas les perdre si vous choisissez de supprimer vos comptes.

Ne vous faites pas avoir par certains sites

Certains produits du géant américain ne commencent pas forcément par «Google quelque chose» ou «G machin». N’oubliez pas, lorsque vous fournissez des informations sur vous, que YouTube, Picasa (service de photo en ligne), Blogger ou encore Android appartiennent à la firme de Mountain View.   

Pour connaître tout ce que Google sait de vous via ses différents services, il y a une page Web très utile, le Google Dashboard, accessible à cette adresse: https://www.google.com/dashboard. Tout y est répertorié. Même la marque de votre téléphone et votre opérateur mobile si vous avez un smartphone Android.