Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, présente sa Timeline à San Francisco, en septembre 2011.
Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, présente sa Timeline à San Francisco, en septembre 2011. - Paul Sakuma/AP/SIPA

A.G.

La semaine dernière, l’autorité irlandaise de protection des données demandait à Facebook de clarifier sa politique de protection de la vie privée, après un audit de trois mois sur ses pratiques. Le réseau social, montré du doigt pour l’opacité qui règne autour de la vie privée et de la publicité, n’a pas mis longtemps à réagir. Il faut dire que la publicité ciblée va prochainement apparaître dans le fil d’actualité de ses 800 millions d’utilisateurs via les «actualités sponsorisées». Quel meilleur moment, donc, pour jouer la carte de transparence pour Facebook?

Par le biais d’une nouvelle page sur le site intitulée «à propos de la publicité sur Facebook», le réseau social s’adresse directement à ses membres et de manière pédagogue. Pour commencer, il joue franc jeu: «Facebook fonctionne grâce aux revenus de la publicité».  Et il en faut beaucoup, car l’an dernier, le coût de fonctionnement du réseau social a dépassé le milliard de dollars, apprend-on sur cette page. «Ce sont les publicités qui nous permettent de vous proposer Facebook gratuitement», insiste le réseau social.

«Les annonceurs peuvent vous présenter leurs pubs sans savoir qui vous êtes» 

Mais Facebook souhaite surtout montrer comment sont conçues les publicités qui apparaissent sur le site. Première étape, une entreprise crée une publicité: «Admettons qu’une salle de gym s’ouvre dans votre quartier. Le propriétaire crée alors une publicité pour attirer la clientèle». Deuxième étape, cette personne envoie la publicité à Facebook et décrit qui devrait la voir: «Les personnes qui habitent à proximité et qui aiment courir». Troisième et dernière étape: «Facebook affiche la publicité mais seulement si vous habitez à l’endroit en question et aimez courir». Le réseau social précise que de cette façon, «les annonceurs peuvent vous présenter leurs publicités sans savoir qui vous êtes». La publicité s’affiche donc chez vous en fonction de ce type de critères uniquement, affirme Facebook.

Vous en avez marre de voir telle ou telle pub? Là aussi le réseau social a une réponse à apporter: s’il y en a une qui ne vous intéresse pas, «il vous suffit de cliquer sur le ‘x’ pour la faire disparaître», peut-on lire.

«Non. Facebook ne vend pas vos informations personnelles»   

Facebook, souvent accusé de vendre les informations privées fournies par ses membres aux annonceurs, en profite pour remettre les pendules à l’heure: «Non. Facebook ne vend pas vos informations personnelles. Les revenus de Facebook sont basés sur la diffusion de publicités.  La vente de vos informations n'est pas dans l'intérêt de Facebook.»

Et si vous craignez déjà l’arrivée dès l’année prochaine des «actualités sponsorisées», Facebook va plus loin avec une autre page entièrement dédiée à cette nouveauté.

Mais cela suffira-t-il à rassurer les membres du réseau social?  Car de nombreuses questions restent en suspens, comme celle de la suppression définitive des informations privées. L’étudiant autrichien Max Schrems, qui a engagé 22 plaintes contre Facebook cette année, a obtenu la preuve que tout ce qu’il avait publié un jour sur le réseau social se trouvait toujours sur les serveurs du site, même après suppression sur son profil. Le réseau social ne s’est toujours pas expliqué au sujet de cette aberration.