Les applications vont-elles tuer le Web?

17 contributions
Publié le 9 décembre 2011.

INTERNET - Plusieurs acteurs présents à la conférence LeWeb'11, où se retrouvent depuis mercredi les grands patrons de la Silicon Valley et les jeunes pousses du secteur, sont persuadés que la réponse est oui, face au succès des smartphones et tablettes...

«Le Web est une technologie mourante. Il va être remplacé par un Internet d'applications.» Jeudi, le patron du cabinet Forrester Research, George Colony, annonçait une nouvelle ère technologique, lors d'une intervention à la conférence LeWeb, organisée chaque année depuis huit ans par l'entrepreneur français Loïc Le Meur. Pour lui, surfer sur le Web grâce à un navigateur sera bientôt old school. Les «applis» accessibles depuis les smartphones et tablettes, et surtout le «cloud», lui volent la vedette. Les premières sont un véritable succès: Android vient de franchir le cap des dix milliards d'applications téléchargées (smartphones et tablettes), tandis qu’Apple avait dépassé le seuil des quinze milliards en août dernier. Des chiffres qui donnent le vertige. «Les applications sont plus rapides et plus simples à utiliser que les sites Web et offrent une meilleure expérience d'utilisation», a estimé George Colony. Et d'après les prévisions de Forrester Research, 95% de la population mondiale aura un ou plusieurs abonnements mobiles en 2014. Ce qui devrait encourager encore plus les développeurs à inventer de nouvelles applications smartphones.

D'ailleurs, force est de constater que beaucoup d'entreprises présentes cette année au grand raout du Web sont là pour promouvoir des applications: Evernote a profité de l'événement pour lancer Evernote Hello (une application avec des photos et annotations pour vous permettre de vous souvenir des gens que vous rencontrez) et Evernote Food (pour se mémoriser en images de ses expériences culinaires), le PDG de Soundtracking a annoncé l'arrivée sur Android de l'application du même nom dédiée à la musique, et le fondateur de Path a présenté le journal intime 2.0. Ces derniers n'ont d'ailleurs pas jugé utile de créer un site Web: les deux services ne sont disponibles que sur smartphone. Et même Microsoft s'y met. Pas seulement pour les Windows Phones: l'entreprise a annoncé mercredi qu'elle allait lancer en février 2012 un système d'applications pour les ordinateurs équipés de son système d'exploitation.

Wired avait-il raison il y a un an et demi?

Joanna Shields, directrice Europe de Facebook, également présente durant ces trois jours de conférences, confirme cette tendance pour le Web. Avec tous les partages réalisés sur les réseaux sociaux, les internautes et mobinautes vont sans doute moins surfer qu'auparavant. «Je ne vais quasiment plus sur les sites d'informations en tant que tels, a-t-elle confié. J'ai tout sur ma page Facebook. Je vois les articles recommandés par mon réseau d'amis dont les choix m'intéressent, je peux voir les informations les plus populaires.» De la même manière, des services comme Flipboard, agrégateur de sites de presse, commencent à se multiplier pour proposer des contenus médias personnalisés aux mobinautes (il y a aussi Pulse, Zite et Google Currents, qui vient tout juste d'être lancé par la firme de Mountain View).

En août 2010, Chris Anderson, rédacteur en chef du magazine américain Wired, prophétisait la mort du Web et se faisait rire au nez (ou traiter de fou). Il résumait ainsi la journée d'un internaute moderne: «Au réveil, vous vérifiez vos e-mails sur l'iPad posé à côté de votre lit -déjà une application. Pendant le petit déjeuner, vous lisez Facebook, Twitter et le New York Times -trois applications de plus. Sur le chemin du bureau, vous écoutez un podcast sur votre smartphone -une autre application. Au bureau, vous faites défiler des flux RSS via un lecteur et vous discutez sur Skype et en messagerie instantanée -encore des applications. A la fin de la journée, vous rentrez chez vous et vous préparez le dîner en écoutant Pandora (le service n'est disponible qu'aux Etats-Unis, ndlr). Vous jouez sur Xbox Live et regardez un film en streaming sur Netflix (qui devrait débarquer en Europe l'année prochaine, ndlr). Vous avez passé la journée sur Internet -mais pas sur le Web.» Sans pour autant affirmer que le Web est définitivement condamné, n'est-ce pas ce qui est en train de se passer au quotidien? Du moins chez les plus technophiles?

>> Et vous, passez-vous de plus en plus par les applications pour avoir accès aux contenus sur Internet ou bien continuez vous à beaucoup surfer sur le Web? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.

Anaëlle Grondin
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr