Erreur - 20minutes.fr
20minutes

Une erreur s'est produite et 20minutes.fr n'est pas en mesure de servir ce que vous demandez.

Ce problème sera résolu dans les délais les plus bref.

Retourner a la page d'accueil

Le problème persiste ? Contactez-nous

4 contributions
Publié le 5 décembre 2011.

WEB - La France se lance dans le mouvement de l'open data...

Ce n'est pas un aboutissement, mais «le commencement de tout». C’est ainsi que le gouvernement français a officiellement lancé ce lundi sa plate-forme en ligne de partage des données publiques, data.gouv.fr. Grâce à Etalab, l’organisme gouvernemental chargé du projet, l’Etat français entre ainsi de plain-pied dans l’open data. 20 Minutes vous explique comment ça marche.

L’open data, c’est quoi?
Il s’agit d’un mouvement visant à rendre facilement accessibles et réutilisables les informations produites par les administrations et les services publics. Il s’agit aussi bien de renseignements géographiques, environnementaux, épidémiologiques, statistiques, de catalogues, d'annuaires ou de données liées au fonctionnement interne des institutions (budgets, dépenses, marchés publics...), explique Etalab.

Quel est l’objectif de data.gouv.fr?
Il est double: assurer une plus grande transparence de l'Etat ainsi qu’encourager le développement et l’utilisation d'innovations et de nouveaux services en ligne. Le site data.gouv.fr sera en effet constamment alimenté en nouvelles données. Celles-ci seront recensées et collectées par des coordinateurs nommés au sein de chaque administration.

Quelles données peut-on déjà trouver sur data.gouv.fr?
La première moisson présentée ce lundi comporte 352.000 jeux de données allant de dépenses de l'Etat à la qualité de l'air dans le pays en passant par les ressources de la Bibliothèque nationale de France (BNF). Les données de ce vaste catalogue, qui couvre toutes les thématiques d'action de l’Etat, proviennent de 90 «producteurs», dont quelques villes et collectivités.

Ces données n’étaient-elles pas déjà publiques avant?
Oui et non. Certaines de ces données, notamment la localisation, la nature et la gravité des accidents de la route, n'avaient jamais été publiées auparavant. D'autres étaient déjà publiques, mais dispersées dans des centaines de rapports écrits.

Combien va coûter Etalab et quel est son impact économique?
À ce stade, le projet a coûté 900.000 euros hors taxes. Difficile en revanche d'évaluer le coût de fonctionnement normal du site une fois lancé, précise Séverin Naudet, directeur d'Etalab. La Commission européenne évalue à 140 milliards d'euros l'impact économique et social de la réutilisation des données publiques dans tous les pays de l'Union européenne.

Où l’open data existe-t-il déjà?
Le partage de données publiques en ligne existe déjà dans 28 pays, à majorité anglo-saxons (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Australie, Nouvelle-Zélande, Canada, Kenya, etc.). Plusieurs régions et départements français, ainsi que cinq villes l’ont également déjà adopté dont Paris, Rennes, Nantes, Bordeaux et Montpellier. Brest, Marseille et Toulon sont sur le point de le développer.

Quels services peuvent découler de l’open data?
Les exemples d'applications développées à la faveur de sites de partage de données publiques sont légion aux Etats-Unis et en Angleterre, deux pays précurseurs du mouvement de l'open data. Aux Etats-Unis, par exemple, FlyOnTime.us permet aux voyageurs américains de comparer les performances des différentes compagnies aériennes sur un même trajet, et de se renseigner sur les durées moyennes d'attente. UK Pharmacy offre aux Britanniques un service de localisation rapide de la pharmacie la plus proche. En France, des applications ont commencé à se développer localement. Le site KelQuartier.fr permet par exemple aux utilisateurs de chercher, en fonction de leurs préférences, le quartier qui leur est le plus adapté. L'équipe d'Etalab a elle aussi créé une première application permettant de comparer, sur les 60 dernières années, l'importance des différents postes de dépense des Français par rapport à leur revenu.

Corentin Chauvel avec Reuters
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr