Facebook lance un bouton «subscribe», comme sur Twitter et Google+

WEB Jusqu'ici, il fallait être ami avec quelqu'un pour suivre ses activités...

P.B.

— 

Le nouveau bouton «subscribe», dévoilé par Facebook le 14 septembre 2011.

Le nouveau bouton «subscribe», dévoilé par Facebook le 14 septembre 2011. — DR

Gros changement de direction pour Facebook. Mercredi, le réseau social a lancé un bouton «subscribe», qui permet de suivre directement les activités publiques de quelqu'un sans être ami avec lui. En clair, comme sur Twitter et Google+, alors que Facebook avait jusqu'ici misé sur des relations «symétriques» à double sens, «je t'ajoute, tu m'ajoutes».

>> Pour ajouter un bouton «souscrire» à son profil, c'est ici

Un tel virage ne pouvait pas être imposé aux utilisateurs sans créer un véritable soulèvement populaire. Prudent, Facebook n'a donc ajouté cette fonction que sur le principe du volontariat: si on désire pouvoir être «suivi» par des inconnus, il faut l'activer ici.

Une fois que l'on suit une personne, ses posts (uniquement ceux publié en mode «public») apparaissent dans notre news feed. On peut choisir le degré de détails (tous les posts ou seulement certains, statut, photos, jeux etc) que l'on souhaite voir. Il était déjà possible de chercher des posts publics, mais ils n'étaient jusqu'ici pas centralisés dans les flux Facebook.

Doublon avec les «pages»

Cette fonction est principalement destinée aux célébrités et aux blogueurs populaires, comme le gourou tech Robert Scoble. Jusqu'à présent, Facebook limitant le nombre d'amis à 5.000, certains créaient une page publique à laquelle n'importe qui pouvait souscrire. Avec le bouton «subscribe» désormais intégré aux simples profils, il sera intéressant de voir si Facebook conserve les «fan pages» telles quelles, pour les entreprises et les journaux, par exemple.

Robert Scoble a, lui, annoncé qu'il avait supprimé sa page publique pour ne garder que son simple profil, afin de se simplifier la vie. Il lui suffit désormais de publier ses posts privés en «amis uniquement» et les autres en mode «public».

Twitter doit-il s'inquiéter? Sans doute pas. Cette fonction fait partie de son ADN, la plupart des personnes tweetent donc en mode public. Pour Facebook, il faudra sans doute longtemps avant de changer les habitudes des utilisateurs.

Allez-vous ajouter un bouton «subscribe» à votre profil ou bien ne concevez-vous Facebook que «1 on 1», uniquement avec des gens que vous connaissez?

Mots-clés :

Aucun mot-clé.