Jessi Slaughter: toute l'histoire de l'ado qui enflamme les Etats-Unis

102 contributions
Publié le 23 juillet 2010.

WEB - Une enquête est en cours depuis qu'une jeune fille a été assaillie de mails et d'insultes par des internautes...

C’était un appel pour ne plus être «haïe» sur Internet. C’est tout l’inverse qui s’est produit. Il y a une semaine, Jessi Leonhardt, «Jessi Slaughter» de son pseudo, 11 ans, poste une vidéo sur le Web. «Je suis parfaite» explique-t-elle. «Personne ne peut être aussi jolie que moi sans maquillage, et si vous me détestez, c’est parce que vous êtes jaloux. (…) Arrêtez de me détester; sinon je vous ferai péter la cervelle.» Avec un aplomb et une arrogance déconcertants, elle s’adresse à des internautes qui la critiquaient, après des altercations sur des sites dont StickyDrama.


La vidéo se retrouve bientôt sur le site 4chan. Si vous ne savez pas ce qu’est le forum 4chan, explications ici ou . Mais l’essentiel est que se trouve sur ce site une sorte de cour des miracles du Web: le salon /b/. Si vous cherchez contenus pornos et blagues de mauvais goût, c’est là-bas.
 
La petite Jessi et ses grandes déclarations se retrouvent donc sur /b/ et les anonymes de 4chan se livrent alors à l’une de leurs occupations caractéristiques: le lynchage virtuel (aux effets bien réels) d’un anonyme qui a eu la malchance d’être ridicule.
 
Quelques heures après la publication de sa vidéo le vrai nom de Jessi, ses comptes Facebook, son adresse mail, son numéro de téléphone etc. sont connus de tous. Le harcèlement démarre. La famille craque.

Deuxième vidéo

Jessi contre-attaque — ou se rend, autre façon de voir — encore en vidéo. Mais elle n’est plus seule: son père, furibond, l’épaule. «Je suis bouleversée, je pète les plombs» explique Jessi. «J’ai contacté la cyber-police, et la police d’Etat» fulmine le père. «Je sais qui vous êtes, et si vous envoyez encore un seul mail, je vais venir vous chercher»

 

Enquête


Continuer de s’en prendre aux «haters» et évoquer la «cyberpolice» n’était sans doute pas la meilleure stratégie, et les fautes de grammaire faites par le père, ainsi que sa méconnaissance manifeste du Web, sont une nouvelle source de moqueries. Loin d’inquiéter les internautes, la vidéo suscite l’hilarité générale et devient culte. Tout le pays s’intéresse à l’affaire, jusqu’à l’émission matinale «Good Morning America» qui interviewe Jessi.
 
Une enquête est en cours. Les menaces de mort dont a fait état la mère de Jessi ont été démenties par la police, mais celle-ci cherche encore à savoir si des images pornographiques de l’adolescente circule… L’un des sites où tout a commencé pour Jessi, Stickydrama.com, est un site de ragots pour adolescents, tenu par un homme de 38 ans et amateur de porno. Depuis le 18 juillet, Jessi est sous protection policière et le tribunal lui a imposé de ne pas se connecter au moins jusqu’à cette semaine. Une question sur toutes les lèvres: 4chan est-il responsable? Et faut-il fermer le site?
 
>> Que pensez-vous de cette affaire ? Avez-vous regardé la vidéo ?
>> A venir sur 20minutes.fr, faut-il condamner 4chan?…

Charlotte Pudlowski
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr