- Jean-Claude Pattaccini / BNF

Des tablettes tactiles, du papier électronique, un mur de sélection géant à écran tactile… Le Labo de la Bibliothèque Nationale de France (BNF), située dans le 13ème arrondissement à Paris, ouvre ses portes ce jeudi au public. Une ouverture qui tombe pile poil: le lancement très médiatisé de la tablette iPad d’Apple, et d’autres à venir, soulève justement la question des nouveaux usages de ces nouveaux outils nomades.

Montrer les liens entre les contenus numérisés de la BNF et les technologies

En exposant plusieurs sortes de tablettes et d’écrans tactiles, cette expo permanente, vise à monter au grand public «l’évolution dans les modes d’accès à la connaissance, aux écrits, et les nouveaux qui apparaissent», explique à 20minutes.fr Bruno Racine, président de la BNF. Un devoir de pédagogie d’autant plus important que la Bibliothèque nationale est lancée dans une vaste opération de numérisation de ses archives. «Cet espace d‘expérimentation représente le lien entre les collections de la BNF et les technologies», insiste Bruno Rives, fondateur de l’exposition.

Dans cet espace situé dans le hall Est de la BNF, le visiteur est accueilli par un écran mural tactile. En l’effleurant des doigts, il peut y accéder à des milliers de données numérisées de la BNF, de différents formats: pages de manuscrits, cartes, vidéos… Ce «mur de sélection», premier prototype du genre à être installé en Europe, permettra par la suite de transmettre des données à des appareils tels que des tablettes de lecture.

Prototypes de tablettes tactiles

Au fil de la visite, on découvre plusieurs types de tablettes tactiles. L’iPad d’Apple, mais aussi des tablettes dotées d'encre électronique sur lesquelles on peut écrire avec un stylet. Plus insolite, l’expo montre aussi le premier livre numérique chinois emporté par un astronaute dans l’espace, ou encore un panneau d’affichage géant doté du système d’encre électronique.

Grâce au procédé de l’encre électronique, on peut y dessiner en temps réel, ou y afficher des contenus. Par exemple, un prototype de feuille avec encre électronique affiche des dépêches et des images de l’AFP, qui se chargent en temps réel grâce à une connexion Bluetooth. «Les futures tablettes dotées de l'encre électronique pourraient être de sévères concurrentes pour l'iPad, puisqu'elles permettent d'afficher des contenus sur un support aussi fin qu'une feuille de papier», estime Eric Scherer, directeur Stratégie et relations extérieures de l'AFP.

Ces tablettes pourraient même se retrouver un jour dans les cartables des écoliers. En Asie, plusieurs sociétés travaillent sur des projets liés à l'encre électronique: «plusieurs imprimeurs papiers asiatiques se sont reconvertis au papier électronique», précis Eric Scherer. L’expo montre par exemple un prototype de tablette Samsung, sur laquelle on peut écrire à la main, et écouter des contenus audio. Le constructeur sud-coréen envisage d’en équiper les écoliers d’ici à 2010.

Dans le même genre, un prototype de tablette Bridgestone permet d’accéder à plusieurs contenus: fonds de cartes, pages de journaux numérisées… que l’on peut annoter avec un stylet.




Mots-clés :