Capucine Cousin

Depuis quelques jours, ils commencent à susciter des adeptes sur la Toile. Simple buzz ou alternatives solides à Facebook, qui n’en finit pas d’être décrié pour sa gestion assez particulière des données perso des internautes et ses problèmes de sécurité.

Diaspora, un projet d’étudiants new-yorkais

Le projet Diaspora, monté par quatre étudiants de l’Université de New York, vise à proposer un réseau alternatif à Facebook, comme le dévoile le New York Times.

Présenté par ses initiateurs comme un réseau décentralisé au code ouvert, Diaspora permettrait à tout internaute de créer son propre serveur, dont il maîtriserait les données. Contrairement à Facebook, qui fonctionne avec des milliers de serveurs centralisés. Ici, la confidentialité des informations échangées serait garantie par cryptage, et Diaspora promet aux futurs utilisateurs «un contrôle total» sur leurs informations personnelles, comme ils le précisent dans leur vidéo de présentation .

Appel à souscriptions

Ces derniers ont lancé un appel à souscriptions, pour financer le développement technique d'une plate-forme.

Objectif atteint, bien au-delà de leurs espérances : ils espéraient initialement rassembler 10.000 dollars (8 000 euros) de micro-dons d'ici au 1er juin, Le 18 mai en milieu de journée ils avaient récolté 180.144 dollars (145.120 euros) de micro-dons versés par 5.018 personnes.

Movim, le projet français

Un projet similaire de «réseau social libre et décentralisé» existe en France: Movim («My Open Virtual Identity Manager»). Initié par Timothée Jaussoin, étudiant en informatique, il est pour sa part basé uniquement sur des logiciels open source, dont le code-source est librement exploitable et modifiable par ses utilisateurs. Comme pour Diaspora, il repose aussi sur le principe de données décentralisées.

Sans beaucoup de précisions pour l’instant, ses initiateurs le présentent comme «un Facebook additionné à un Flickr, Google Documents, Google Reader, et Dailymotion». Plusieurs dizaines de contributeurs participent au projet, et une version de test devrait être disponible pour la fin de l'année.

>> Plus d’infos à venir sur 20minutes.fr

>> Et vous, que pensez-vous de tels projets ? Cela vous semble des alternatives fables à Facebook, ou réservées à des internautes aguerris ?