L'application Hottest Girls, retirée de l'iPhone par Apple
L'application Hottest Girls, retirée de l'iPhone par Apple - Montage/DR

Apple serait-il trop moralisateur, et Google trop permissif ? Le sujet a refait surface cette semaine, suite à la conférence de presse organisée par Apple pour dévoiler l’iPhone OS 4.0... et à une sortie très étudiée de Steve Jobs, patron d’Apple, rapportée par Numerama. «Vous savez, il y a un Porn Store sur Android. N’importe qui peut le télécharger. Vous le pouvez, vos enfants le peuvent. Nous ne souhaitons pas aller dans cette direction», a-t-il déclaré. Jalousie? Mauvaise foi?...

De cette manière, le patron de la firme à la pomme remet en avant un sujet de fond, sur lequel Apple et Google sont aux antipodes l’une de l’autre. Alors qu’ils sont en concurrence frontale sur le marché de la téléphone mobile, depuis que Google a dégainé sa plateforme Android, son «application store», Android Market, et son propre téléphone mobile, le Nexus One.

Validation (et filtrage) à priori des applis iPhone…

Car Apple a un processus très restrictif de validation des applications iPhone: les «applis» proposées par les développeurs pour l’AppStore d’Apple sont examinées auparavant par les ingénieurs d’Apple, qui sont libres de les valider – ou pas. Le développeur devant attendre au moins 3 semaines pour savoir si son appli est acceptée par Apple.

Parallèlement à cela, Apple proscrit toutes applis pornographiques, invoquant une certaine responsabilité morale. Même les applis érotiques n’y ont pas droit de cité. Il s’est d’ailleurs prêté à un vigoureux ménage de printemps: le 24 février, la firme de Cupertino a supprimé 5.000 applications «sexuellement inappropriées».

… anarchie chez Android?

Google, de son côté, n’a pas les mêmes préoccupations pudibondes. Sur l’Android market, la «place de marché» officielle des applis Android, «il n’y a pas de validation des applications, qui sont accessibles en temps réel», explique Arnaud Farine, développeur, et directeur de la société Expertise Android. «On signe une charte, lors de l’ouverture de notre compte-développeur, par laquelle on s’engage à ne pas développer d’applis érotiques», précise le développeur.

Dans les faits, des applications érotiques ou pornos s’y trouvent très simplement, en une simple recherche sur Androlib. «Ils y font du nettoyage, mais au coup par coup. Des applis pornos peuvent y rester un mois», ajoute Arnaud Farine.

D’autant que, pour se distinguer de son concurrent, Google permet à ses utilisateurs de choisir d’autres services de distribution d’applications que l’Android Market officiel – dont à un service dédié aux applications pour adultes. Effet pervers de cette absence de validation des applis, des applications buggées, voire vérolées, s’y trouvent parfois.

«Responsabilité morale» chez Apple versus liberté absolue chez Google

Google n’écarte pas ce type d’applications de son App Store, car potentiellement, ça peut rapporter gros. Du même coup, cela lui permet d’afficher son principe de «transparence», et de «liberté» absolue qu’elle offre à sa communauté de développeurs, et à ses utilisateurs.

Apple, pour sa part, n’a pas besoin de ces ressources – fort de ses 140 000 applis iPhone – et surtout, cela lui permet de réaffirmer sa posture morale. «Nous pensons sincèrement que nous avons une responsabilité morale d’écarter la pornographie de l’iPhone. Les gens qui veulent du porno peuvent acheter un téléphone Android», aurait écrit Steve Jobs en réponse à un client, d’après un message diffusé par le site Techcrunch .

Une position claire et nette donc: pas question pour la firme de Cupertino que les appareils qu’elle vend servent à accéder à du contenu X. Quand bien même certaines applications hot, comme celle de Playboy, n’ont pas été censurées – parce qu’il s’agit de marques connues, plaide, non sans mauvaise foi, Apple. Cette position très morale d’Apple, lui permet aussi très opportunément de se parer d’une image de vertu. Alors que la firme à la pomme espère bien vendre sa tablette iPad aux écoles comme un outil éducatif.






Mots-clés :