• Facebook intègre désormais une fonctionnalité pour « prendre vos distances » avec certains « amis ».
  • Le réseau social va de plus en plus loin dans l’infantilisation de ses utilisateurs.
  • « 20 Minutes » a imaginé (pour rire) des boutons qui pourraient aider les plus lâches d’entre nous à gérer notre vie sociale.

« Comment prendre mes distances avec quelqu’un sur Facebook ? » Vous ne le saviez peut-être pas, mais le réseau social de Mark Zuckerberg peut vous aider à vous éloigner d’une personne, sans pour autant la retirer de votre liste d’amis. Exemple : vous venez de vous faire larguer. Officiellement, malgré votre peine, vous acceptez de rester ami avec votre ex, qui reste une « belle personne ». Officieusement, vous rêvez qu’elle brûle en enfer. La solution ? Prendre vos distances en limitant ce que vous voyez de ses publications, et inversement, sans toutefois passer l’étape radicale de la suppression.

>> A lire aussi : Facebook vous aident à gérer vos amis: «Les GAFA ont tendance à vouloir nous sur-assister»

>> A lire aussi: Créateur du «J’aime» de Facebook, il plaide pour une désintoxication des réseaux sociaux

En d’autres termes, un pas de plus vers la lâcheté. Mais une lâcheté salvatrice, et intelligente. 20 Minutes a imaginé trois situations délicates sur lesquelles  Facebook devrait se pencher.

Mise en garde : Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

Comment décliner poliment une invitation

Votre meilleure amie vous invite à un goûter d’anniversaire pour fêter les « 1 an » de sa progéniture. Le hic ? Vous détestez les enfants, le sien en particulier. Après avoir léché la barre du métro pour tenter de tomber malade, vous vous résignez, car vous n’avez aucune excuse valable, à décliner poliment son invitation Facebook sans prendre le risque de briser à jamais votre amitié. Vous êtes donc face à un problème de taille : cliquer sur « je participe » (au-delà de vos forces), « je ne participe pas » (trop frontal), ou « peut-être » (ce qui revient à « je ne participe pas »).

Mais si Facebook créait un bouton supplémentaire secret, intitulé « plutôt crever que d’y aller » ? En cliquant sur ce bouton, le réseau social enverrait une réponse de ce type : « Mince, c’est vraiment trop bête, je participe déjà à [nom de l’événement], prévu depuis belle lurette ! [emoji triste] ». Un alibi en un clic, photomontages à l’appui (publiés durant l’événement fictif, alors qu’en vrai vous êtes dans votre canap). Ça a l’air bête comme ça, mais ça sauverait un grand nombre d’amitiés.

Comment refuser une demande d’ami indésirable

Vous étiez à cette soirée (pour de vrai), et vous croisez Machin, un pote de la fac que vous n’avez pas revu depuis dix ans, pour la simple et bonne raison que vous ne pouvez pas le blairer. Mais vous êtes poli, vous discutez 5 minutes avec lui, vous remémorant le (faux) bon vieux temps, et réussissez à vous esquiver, prétextant un goûter d’anniversaire le lendemain. Et ce qui devait arriver arriva, à peine rentré chez vous, vous recevez « une demande d’ami » de sa part. Le problème ? Vous n’êtes ni assez courageux pour refuser cette demande, ni assez lâche pour faire comme si de rien n’était.

La solution ? L’option « je ne veux pas être ami avec cette personne mais je préfère rester discret ». En cliquant, vous généreriez alors un message automatique. Au choix : « Une erreur s’est produite, veuillez réessayer ultérieurement », ou, « la boîte de demandes d’ami de cette personne est pleine, impossible d’y déposer votre requête ». Le tout répété indéfiniment, bien entendu.

Comment ne plus souffrir

Vous êtes malheureux, dépressif, et les photos d’enfants (que vous détestez), de vacances et de couples amoureux postés à longueur de journée sur les réseaux sociaux, vous donnent envie de vomir. Quitter Facebook ? N’exagérons rien. Et pourquoi pas un algorithme capable de détecter les têtes d’enfants et de bébés (en les distinguant des petites personnes), les plages paradisiaques et les baisers fougueux, et de les éliminer de votre timeline. Une sorte de filtre que l’on pourrait activer et désactiver à notre guise, en fonction de notre mauvaise humeur. On l’appellerait « comment prendre ses distances avec le bonheur ».

>> Et vous, quel genre de fonction improbable aimeriez-vous voir débarquer sur Facebook pour vous aider à « gérer vos amitiés » ?