• Nadia Daam a consacré son «coup de patte» aux internautes du forum Blabla 18-25 de Jeuxvideo.com
  • Un topic a été ouvert à son sujet avec une quarantaine de pages de commentaires sexistes et très souvent haineux, dont des menaces de mort.
  • Les trolls de ce forum n'en sont pas à leur coup d'essai.

Insultes, sexisme et menaces de mort. Les trolls antiféministes du forum Blabla 18-25 de Jeuxvidéo.com s’en sont violemment pris à la journaliste Nadia Daam qui a eu le malheur de leur consacrer son « coup de patte » sur Europe 1 mercredi.

Dans sa chronique, elle réagissait à l’attaque coordonnée par une partie de ces internautes qui visait le numéro anti-relou mis en place pour lutter contre le harcèlement. Le service a été temporairement bloqué après avoir reçu 20.000 messages d’insultes. Résultat : un topic a été ouvert au sujet de Nadia Daam avec une quarantaine de pages de commentaires sexistes et très souvent haineux, dont des menaces de mort.

>> A lire aussi : Nadia Daam s'attaque aux trolls antiféministes de Jeuxvidéo.com et se fait lyncher

Ces trolls antiféministes - et anonymes - n’en sont pas à leur coup d’essai. En janvier, la journaliste de LCI Anaïs Condomines, avait fait l’objet de menaces et d’insultes sexistes après avoir écrit un article sur le cyber-harcèlement et les raids antiféministes sur ce même forum. Pourquoi observe-t-on une totale impunité sur Internet ? Ces trolls sont-ils au-dessus des lois ?

« L’expression excessive est passible de poursuites »

« Il n’y a pas d’impunité sur Internet. L’expression excessive, comme cela a été le cas au sujet de Nadia Daam et de sa chronique, pourrait être passible de poursuites », explique Gilles Buis, avocat spécialisé dans les secteurs de la communication et de la distribution. Sur un forum comme Blabla 18-25 où la modération est faite après la publication, l’éditeur ne peut être considéré comme l’auteur du contenu (ce qui serait différent si la modération était effectuée avant la publication). Il doit toutefois réagir quand il prend connaissance de ces attaques malveillantes. « A partir du moment où l’éditeur (ici, Webedia) a été informé de l’existence d’un contenu illicite, il doit le retirer », reprend l’avocat.

Jeuxvideo.com a fait ce qu’il fallait aux yeux de la loi en retirant toutes les conversations sur Nadia Daam (un topic a d’ailleurs été créé pour dénoncer la suppression des messages). « La modération est permanente sur le forum Blabla 18-25, elle a même été renforcée au fil des années », indique-t-on du côté de Webedia, propriétaire de Jeuxvideo.com contacté par 20 Minutes. Des bots et des modérateurs traquent les propos déplacés et insultants parmi plus de 200.000 messages postés quotidiennement. « Il n’y a aucune ambiguïté sur le fait que ces propos doivent être condamnés », reprend le porte-parole de Webedia qui précise que les appels aux « raids punitifs » sont interdits sur les espaces de discussion.

« Fais attention à toi, ici on n’a peur de rien »

Les comptes sont bloqués et les contenus sont effacés le plus rapidement possible, mais cela ne suffit pas toujours. « Ces internautes recréent des identités et repartent de plus belle », affirme le groupe Webedia qui précise que les administrateurs de jeuxvideo.com se rendront disponibles pour identifier les auteurs.

Si Nadia Daam a porté plainte, selon Europe 1, que se passe-t-il lorsque la personne ciblée n’attaque pas, comme c’était le cas pour Anaïs Condomines ? « Dès qu’il y a une infraction pénale, la justice peut se saisir elle-même, mais est-ce que cela se justifie ? », s’interroge Gilles Buis. « Un appel au meurtre d’une personne qui a prêté allégeance à Daesh, cela se justifie, pas des propos qui pourraient relever de la cour de récréation », conclut-il.

Pourtant, quand Nadia Daam reçoit : « Sale pute, tu paieras pour ce que tu as fait. On va ruiner ta vie », et Anaïs Condomines : « Fais attention à toi, ici on n’a peur de rien (…) On a peur ni de la justice ni de toi », est-on si éloigné d'un appel au meurtre ou de menaces de mort ? Avec ou sans plainte de la personne concernée.