Zone Téléchargement fait un retour en fanfare sous une nouvelle adresse

HIGH-TECH Les pirates auraient réussi à contourner la fermeture par les autorités de DL-Protect.com, le site chargé d’anonymiser les liens de téléchargement….

20 Minutes avec agence

— 

Le site Zone Téléchargement est revenu en ligne le 29 novembre 2016, quelques heures après avoir fermé par la gendarmerie de Toulouse.

Le site Zone Téléchargement est revenu en ligne le 29 novembre 2016, quelques heures après avoir fermé par la gendarmerie de Toulouse. — F. R.

Chassez-le par la porte, il revient par la fenêtre Internet. Le site Zone Téléchargement, plateforme de partage de films, séries et fichiers multimédia piratés, était fermé le 28 novembre dernier et, le jour suivant, cinq des responsables étaient placés en garde à vue.

La nouvelle version propose cette fois des liens actifs

Les forces de l’ordre avaient aussi procédé à deux autres arrestations. Peine perdue, le même jour la plateforme était à nouveau disponible sur Web, mais version coquille vide. Puisque les liens n’étaient encore anonymisés et donc impossibles à utiliser.

C’est désormais chose faite, à en croire le dernier message posté sur la page Facebook de Zone Téléchargement. Depuis ce samedi, le site fonctionne comme avant, grâce à une nouvelle adresse Web. La nouvelle version propose cette fois des liens actifs. Les utilisateurs peuvent de nouveau télécharger les fichiers.

 

 

« S’offrir un DVD est un luxe ! »

D’après 01Net, les pirates auraient réussi à contourner la fermeture par les autorités de DL-Protect. com, le site chargé d’anonymiser les liens de téléchargement. Pour rappel, Zone Téléchargement refuse de se considérer hors-la-loi.

Sur Facebook, le site se décrit comme un « lieu d’échange et de partage, cet agrégateur de liens qui nous permet de retrouver les films et séries qu’on cherche ». Ses utilisateurs seraient « une communauté de passionnés ». Zone Téléchargement n’aurait pour objectif que de « vivre de partage et profiter de culture et d’arts car aujourd’hui s’offrir un DVD est un luxe ! ». Un concept que les autorités ont bien du mal à approuver.