VIDEO. Malaise TV: Le compte Twitter qui sublime les moments de gêne

PHENOMENE En une vingtaine de jours, @malaisetele a déjà conquis plus de 100.000 abonnés prêts à rire de bon cœur ou de stupeur aux extraits mis en ligne...

Fabien Randanne

— 

Alessandra Sublet n'a pas remarqué que Serge Lama voulait lui faire une bise et lui a mis «un vent» malgré elle, lors de l'émission «Bercy fête ses 30 ans» diffusée le 4 décembre 2015 en direct sur TF1.

Alessandra Sublet n'a pas remarqué que Serge Lama voulait lui faire une bise et lui a mis «un vent» malgré elle, lors de l'émission «Bercy fête ses 30 ans» diffusée le 4 décembre 2015 en direct sur TF1. — Capture d'écran TF1

Vannes à côté de la plaque, situations pathétiquement ridicules, vents monumentaux, anges qui passent… C’est ce genre de moments de gêne diffusés sur le petit écran que traque le compte Twitter « Malaise TV ». Le premier tweet a été posté le 30 octobre et, une vingtaine de jours plus tard, quelque 104.000 internautes se sont abonnés pour profiter de leur dose quotidienne d’instants embarrassants…

Un succès qui surprend les « deux gars » - selon leurs propres mots - qui se cachent derrière Malaise TV et tiennent à conserver l’anonymat. « Nous sommes assez surpris, mais la publicité à la télévision [plusieurs émissions ont parlé du compte] et les retweets de personnes célèbres nous ont permis de monter très vite. » Le duo a repris un concept lancé par un autre sur YouTube, « mais la chaîne a été clôturée car le site sanctionne les infractions aux droits d’auteur ». « J’avais déjà eu l’idée de lancer ce concept sur Twitter, poursuit l’une des deux éminences grises, mais les vidéos étaient limitées à vingt secondes à l’époque, aujourd’hui c’est deux minutes. »

Une appli et un site en préparation

Candidats de jeux télés bien seuls dans leurs délires, séquences improbables de Pascal, le grand frère, fails de journalistes en direct, prestations d’artistes en carton dans des talent shows… Les extraits publiés brassent large et rassemblent une petite communauté. « Souvent, ce sont les personnes qui suivent notre compte qui nous envoient des vidéos ou alors elles mentionnent notre compte Twitter pour nous avertir d’un moment malaise. On visionne, et si on ressent un malaise on publie », expliquent les « deux gars ».

Mais le frisson de la gêne a ses limites et l’idée n’est pas de porter préjudice à ceux qui seraient les dindons de la farce. « Quelques-unes de nos vidéos ont été supprimées car les personnes qui apparaissent dedans n’ont pas voulu que les images soient diffusées sur notre compte. Je respecte bien évidemment ce choix », explique Malaise TV.

Forte de son succès, la marque s’apprête à se décliner en appli et en site Internet « avec plus d’options que Twitter : notes, tendances, commentaires… » Malaise TV se porte bien.