Capture d'écran du compte Twitter CrisisCenter Belgium
Capture d'écran du compte Twitter CrisisCenter Belgium - Capture d'écran Twitter

#Bruxelles. Ce mardi, très vite après les premières attaques terroristes qui ont frappé Bruxelles, le hashtag portant le nom de la capitale belge s’est multiplié sur Twitter. Certains twittos ont ainsi partagé l’information du drame sur le réseau, d’autres ont rendu hommage aux victimes des attentats et apporté leur soutien aux Bruxellois. Sans parler de l’intox, qui s’est propagée comme une traînée de poudre. Mais si Twitter peut induire en erreur, il peut être aussi d’une grande utilité, en particulier pour les autorités qui ce mardi, se sont servies des avantages du réseau pour éclaircir la situation et guider les internautes.

>> A lire aussi: Tintin, Sfar, Plantu... Les hommages dessinés se multiplient sur Internet

Priorité Twitter

Il y a quelques jours, à la suite de l’attentat survenu à Ankara le 13 mars dernier, la Turquie a décidé de bloquer l’accès à Facebook et Twitter, afin de maîtriser la circulation des informations. Ce mardi, si la justice belge a demandé aux médias de « s’abstenir de communiquer des informations relatives à l’enquête judiciaire en cours pour ne pas nuire à l’enquête », les autorités belges ont quant à elle choisi de profiter des nombreux avantages de Twitter pour communiquer les infos en temps réel. Rapidement, la consigne a été donnée de communiquer par le site de microblogging, afin de ne pas surcharger les lignes téléphoniques.

>> A lire aussi: Les réseaux saturés, un risque pour la communication de la police?

De même, les hotspots Wifi des trois principaux FAI belges (VOO/Telenet et Proximus) ont été mis à disposition à tous et gratuitement pendant au moins 24 heures à Bruxelles, pour faciliter la connexion à Internet.

Un compte Twitter dédié à la gestion de la crise

En plus de diriger les gens sur le site de microblogging, pour leur permettre de mieux communiquer entre eux, un compte se dégage du lot depuis les premières heures de l’attaque terroriste survenue à Bruxelles : CrisisCenter Belgium. Il s’agit en fait du compte de la Direction Générale Centre de Crise, au service du gouvernement belge. Depuis ce matin, il distille régulièrement des conseils aux Internautes.

Mais il permet également d’éclaircir certaines situations et d’éviter les mouvements de panique.

Le coup de main de Twitter

De son côté, Twitter a établi une liste de comptes utiles et fiables pour obtenir des informations sur les attentats de Belgique. On y retrouve entre les comptes de l’aéroport de Bruxelles, du centre de crise ou encore de la police de la ville.

Rappelons que Twitter n’est pas toujours le meilleur ami des autorités, car il peut interférer dans les opérations de la police. En novembre dernier, à la suite des attentats de Paris, les autorités belges avaient sommé les internautes et les médias de ne pas partager les informations concernant les opérations policières.

En soutien, les twittos avaient inondé le réseau de photos de chats afin de brouiller les pistes et d’éviter que les terroristes puissent puiser des informations sur Twitter.

Mots-clés :