Message posté par la Police nationale le 15 novembre 2015 sur Twitter après les attentats de Paris.
Message posté par la Police nationale le 15 novembre 2015 sur Twitter après les attentats de Paris. - Capture d'écran / 20 Minutes

Sans coeur. Certains internautes sont prêts à tout pour faire le buzz et récolter des « likes ». Même à publier des photos macabres du Bataclan après l’attentat de vendredi soir. Ce dimanche midi, un cliché très choquant visiblement pris depuis un balcon à l’intérieur de la salle de spectacle a suscité la colère sur Twitter. Il montre une trentaine de personnes mortes dans la fosse, gisant au sol dans des mares de sang.

De nombreux internautes ont appelé à signaler le compte qui a diffusé la photo.

Alertée par ce cliché, la Police Nationale a également publié un message sur le réseau social pour demander aux internautes de ne pas contribuer « à la diffusion des photos des scènes de crime », « par respect pour les victimes et leurs familles ».

La ministre de la Justice Christiane Taubira a également demandé de la retenue sur Twitter : « J’ai appris la diffusion d’images de corps. J’appelle au respect de la dignité des personnes décédées, de leurs familles. »

A 14h30, le compte incriminé avait été supprimé par Twitter… plus de sept heures après la publication du cliché sanglant. De très nombreuses personnes avaient eu le temps de la voir en ligne (parfois contre leur gré, à cause des retweets qui apparaissent automatiquement dans leur fil Twitter).

Signaler (donc voir) toutes les photos pour qu’elles soient supprimées

Ce dimanche après-midi, la photo a malheureusement été reprise par de nombreux comptes Instagram. En tapant certains mots clés dans le moteur de recherche de la plateforme de partage de photos, le cliché apparaît à plusieurs reprises dans les résultats.

Contactées par 20 Minutes à 14h, les équipes de Facebook et Twitter en France ignoraient encore que cette photo d’une extrême violence circulait sur leur plateforme. Un porte-parole d’Instagram indique que certains clichés risquaient d’être encore visibles un certain temps le temps qu’ils soient analysés par les équipes de modération malgré l’actualité qui secoue le monde entier. Il précise qu'en signalant ces clichés, les Français aident les équipes de modération.

Les internautes doivent ainsi cliquer sur chacune des copies en ligne pour signaler les photos une par une et espérer qu’elles disparaissent très vite de la plateforme. Un paradoxe, car au final, impossible d’échapper à cette image bouleversante.


Mots-clés :