Twitter: Edward Snowden ouvre son compte et suit uniquement... la NSA

ICÔNE Le lanceur d’alerte recherché par les Etats-Unis s’est inscrit ce mardi sur le site de microblogging…

J.M.

— 

Le compte Twitter de Edward Snowden.

Le compte Twitter de Edward Snowden. — Capture d'écran

Une multitude de faux comptes usurpent son identité sur Twitter. Mais, là, c’est le vrai Edward Snowden qui a fait son apparition mardi après-midi sur le réseau social, comme en témoigne le badge certifié bleu apparaissant sous sa photo de profil. En guise de biographie, l’informaticien à écrit : « Je travaillais pour le gouvernement. Maintenant je travaille pour le public. Directeur à @FreedomPress ». Soit l’organisation non gouvernementale Freedom of The Press Foundation, œuvrant pour la liberté de la presse, qu’il a rejointe en février 2014.

Son premier minimessage est une interrogation : « Can you hear me now ? » « Pouvez-vous m’entendre à présent ? » Cinq sur cinq apparemment, puisque le nombre d’abonnés (« followers ») à son compte n’a cessé d’augmenter. Le cap des 100.000 était dépassé 40 minutes après ce tweet inaugural. Et le compteur n’est pas près de s’arrêter…

 

La première réponse d'Edward Snowden a été adressée à l’astrophysicien américain Neil deGrasse Tyson qui lui a souhaité la bienvenue. « Merci pour l’accueil ! Et maintenant on a de l’eau sur Mars ! Pensez-vous qu’ils contrôlent les passeports à la frontière ? Je demande pour un ami ». Quel plaisantin ce Snowden. Il est en effet « coincé » en Russie, l’un des rares pays à l’avoir accueilli comme exilé, puisque poursuivi par la justice américaine.

Une bannière pour rappeler le rôle de la NSA

En guise de bannière à son compte Twitter, l’Américain de 32 ans a publié une photo sur laquelle apparaissent des Unes de divers quotidiens américains : The Washington Post, USA Today, The Wall Street Journal et The New York Times. Toutes évoquent le scandale de la NSA. Le lanceur d’alertes John Snowden, ancien employé de la CIA, a en effet révélé en 2013 comment les Etats-Unis ont mis le monde sur écoute et ont surveillé les internautes, au mépris des lois nationales et des libertés individuelles. Depuis, il est recherché par son pays pour espionnage et a dû s’exiler en Russie.

Le site Slate fait ainsi remarquer que le « Can you hear me now?» du premier tweet de Snowden est aussi le slogan de l'opérateur téléphonique américain Verizon. Cette entreprise est concernée par le scandale des écoutes révélées par le lanceur d'alertes.