Ces sites d’ «infotainment» ont réussi à tisser leur toile

BUZZ Leurs actualités insolites, photos rigolotes, listes hilarantes, histoires improbables ou plutôt «incroyables» font sourire les internautes et sont relayées massivement sur Facebook et Twitter…

Anaëlle Grondin

— 

Exemple de quatre sites d'«infotainment» en France.

Exemple de quatre sites d'«infotainment» en France. — Capture d'écran / 20 Minutes

Du «LOL», du «FAIL» et du «buzz». Les sites Internet mêlant information et divertissement connaissent un succès grandissant auprès du public, grâce en très grande partie au partage en masse de leurs contenus sur les réseaux sociaux. Leurs ingrédients clés pour faire un carton auprès des 15-30 ans? Des titres très accrocheurs, des sujets dans lesquels les internautes se retrouvent directement ou dont tout le monde parle sur Internet,  un ton léger voire humoristique même pour traiter des sujets sérieux et des formats d’articles très «culture web» qui retiennent l’attention (Gifs animés, mèmes Internet, listes à fort potentiel viral).

Quatre médias qui cartonnent sur ce modèle en France:

Buzzfeed
Création: 2006 à New York aux Etats-Unis
Lecteurs: plus de 150 millions chaque mois
Fans sur FacebookPlus de 3,9 millions
Version française: depuis novembre 2013
Article mis en avant ce mardi midi: «The Walking Dead S5E2 : le recap en GIFs et en images»

Valorisé à plus de 850 millions de dollars, le site cartonne. A ses débuts, il n’est qu’un agrégateur de liens vers des contenus viraux. Il produit désormais ses propres contenus et a rendu le modèle des listes très populaire sur Internet: «Les 21 photos d’Halloween les plus bizarres de tous les temps», «18 trucs que toutes les femmes voilées en ont marre d’entendre»,  «18 plateaux repas d’avions autour du monde», etc. Scott Lamb, le vice-président de Buzzfeed chargé du développement international, a indiqué au Figaro la semaine dernière qu’il était «satisfait» de la version française et que l’entreprise allait «renforcer l’équipe, actuellement composée de deux journalistes basées à Paris ou New York.» Des contenus spécifiques à l’Hexagone vont être créés. Ce qui cartonne chez nous? Les articles mettant en avant les identités régionales, les contenus liés à l’actualité ou avec une tonalité politique. «L’avenir de la presse?», s’interrogent Le Monde et La Presse canadienne.

Topito
Création: 2006
Lecteurs: 10 millions de visites par mois
Fans sur Facebook:  plus de 229.000
Article mis en avant ce mardi midi: «Mieux que le bateau-mouche : Paris à dos d’aigle»

Très populaire sur les réseaux sociaux, Topito propose des classements et listes hilarants. «C'est 50% de création et 50% de curation», souligne Laurent Moreau, créateur de Topito, contacté par 20 Minutes. Son lectorat vient de Google et de Facebook, mais le site compte tout de même une bonne part de fidèles, entre 20 et 30% de l’audience, indiquait Libération l’an dernier. «Pour mieux vivre au quotidien et mourir un peu moins bête, on s’est dit que les listes étaient une bonne manière de garder quelque chose de l’actualité», indique l’équipe du site. «Sur Topito on apprend des choses (des fois). Et d'autres fois pas du tout, mais on y trouve surtout des informations drôles, insolites, et utiles.» Pour gagner de l'argent, le site fait appel aux bannières publicitaires et autres habillages «classiques» mais aussi au native advertising, articles sponsorisés par des entreprises. Un modèle économique adopté par Buzzfeed pour ses éditions américaines, australiennes et britanniques.

Minutebuzz
Création: 2010 en France
Lecteurs: plus de 10 millions chaque mois
Fans sur Facebook: plus de 293.000
Article mis en avant ce mardi midi: «Comment j’ai bousillé ma vie en quittant mon job en entreprise pour créer la start-up de mes rêves» 

Le site est né avec les réseaux sociaux et l’explosion des contenus viraux, sur lesquels il surfe depuis trois ans. Comme pour son grand frère Buzzfeed, une grande partie de l’audience de Minutebuzz existe grâce au partage de ses articles sur des sites comme Facebook: 70% de son trafic provient des réseaux sociaux. Sur le mois de septembre, le site a enregistré 17,6 millions de pages vues, a indiqué à 20 Minutes Laure Lefèvre, cofondatrice de la société. Minutebuzz n’a pas fini de faire sourire ses lecteurs. Après avoir atteint la rentabilité en 2013, il a levé un million d’euros en août dernier. Son ambition: «Devenir le premier media digital de divertissement». 

Demotivateur
Création: 2010 en France
Lecteurs: 15 millions chaque mois
Fans sur Facebookplus de 784.000
Article mis en avant ce mardi midi: «Cet appartement perché à 425 mètres de hauteur au dessus de New-York vaut 95 millions de dollars... Mais il paraît que la vue est plutôt sympa!» 

Demotivateur revendique un partage chaque seconde sur les réseaux sociaux et explique ses chiffres d’audience impressionnants par sa «façon différente de lire et de décrypter l’actualité» en surfant sur l’émotion du lecteur. Pour le site, ces bonnes audiences sont le «symbole d’une nouvelle génération et d’un nouveau genre de média». Les articles qui fonctionnent le mieux? «Ceux dans lesquels les gens se reconnaissent comme «Les 10 pires choses que seuls les gauchers peuvent comprendre» et les articles à  potentiel d’émotion fort qui touchent le lecteur et lui donnent envie de partager», a indiqué son cofondateur Michal Sikora à 20 Minutes. Son équipe possède un outil qui «scanne le Web en temps réel» et «montre les sujets qui buzzent» sur les réseaux sociaux: ce sont ces thématiques que l’internaute de Demotivateur.fr retrouvent par la suite. Le site gagne de l’argent grâce aux articles sponsorisés également. Mais attention, ceux-ci ne sont pas signalés aux lecteurs. 

Mots-clés :