Facebook cède à la pression des internautes et accepte de retirer une vidéo de décapitation

WEB Cette vidéo attribuée à un cartel mexicain circulait librement sur le réseau social depuis plusieurs jours. Facebook, qui refusait dans un premier temps de la censurer, fait machine arrière...

A.G.

— 

Des écrans connectés à Internet, Facebook.

Des écrans connectés à Internet, Facebook. — REUTERS/Valentin Flauraud

Un homme cagoulé tranche la gorge d’une femme, agenouillée à ses pieds, les mains liées dans le dos, avant de brandir sa tête à bout de bras. Cette scène d’horreur a circulé plusieurs jours sur Facebook, sous la forme d’une vidéo, diffusée sans commentaire ni date. Pourquoi le réseau social très prude, qui d’ordinaire redouble de réactivité pour censurer le moindre poil ou téton sur le site, a laissé cette vidéo choc circuler, malgré les signalements d’internautes horrifiés?

«Attirer l'attention sur les injustices» 

«Notre décision de ne pas supprimer ce contenu est basée sur le fait que les gens ont le droit de décrire le monde dans lequel nous vivons, de présenter et de commenter les actions», s’était justifié Facebook le 29 avril, via son agence de relations publiques allemande. Le réseau social estimait être un endroit où il est possible «d'attirer l'attention sur les injustices en postant un contenu dramatique ou inquiétant».

Pourtant, le point 3.7 des conditions générales d’utilisation de Facebook demande aux utilisateurs de ne pas publier «de contenus incitant à la haine ou à la violence, menaçants, à caractère pornographique ou contenant de la nudité ou de la violence gratuite». Gêné par une importante polémique, le site a décidé de faire marche arrière mercredi, rapporte le site Internet de la BBC. Soucieux de préserver son image, Facebook a indiqué qu’il supprimerait finalement les vidéos de décapitations qui ont circulé sur son site. Mais pas seulement. Le réseau social explique qu’il va repenser «sa politique et son approche vis-à-vis de ce type de contenus».

Mots-clés :

Aucun mot-clé.