Facebook a modifié son centre de contrôle des données personnelles le 12 décembre 2012.
Facebook a modifié son centre de contrôle des données personnelles le 12 décembre 2012. - DR

P.B. avec Reuters

Comme à peu près deux ou trois fois par an, Facebook a modifié son centre de contrôle des données personnelles, mercredi. Les nouvelles fonctions seront déroulées progressivement d'ici la fin décembre. Facebook en a profité pour annoncer que le vote organisé s'était opposé aux changements de sa charte, mais qu'ils avaient malgré tout été adoptés car la participation avait été trop faible.

Les nouveaux outils vont globalement dans le bon sens. Ils proposent plusieurs raccourcis vers des paramètres comme «Qui peut voir mes publications», «Qui peut me contacter» ou «Comment bloquer quelqu'un qui me harcèle», désormais accessibles en un clic via un menu déroulant, contre quatre ou cinq auparavant.

 

 

Autre nouveauté appréciable, le journal de bord permet désormais de retirer le tag de plusieurs photos à la fois, contre un traitement pénible au cas par cas jusqu'à présent. Une bonne idée alors que selon la Cnil, nous sommes surexposés en ligne.

 

L'accès d'applications tierces, tels que jeux et services d'écoute de musique, aux données personnelles des utilisateurs de Facebook est également modifié. Désormais, une application doit envoyer une demande distincte pour pouvoir accéder aux informations privées de l'utilisateur et pour publier en son nom sur le réseau social. Jusqu'à présent l'utilisateur donnait son accord une seule fois aux deux, lors de la première utilisation d'une application.

 

Sous la surveillance des autorités

 

Facebook, Google et d'autres entreprises présentes sur le Web font l'objet d'une régulation accrue, les utilisateurs confiant de plus en plus d'informations personnelles à ces services en ligne.

 

Un groupe d'étudiants autrichiens, «Europe-v-Facebok», qui mène campagne depuis plus d'un an pour une meilleure protection des données personnelles sur Facebook et a déposé 22 plaintes contre le géant des réseaux sociaux, a par exemple annoncé la semaine dernière son intention de contester en justice les décisions du régulateur irlandais concernant Facebook.

 

En avril, le géant des réseaux sociaux a encore eu à répondre devant la Commission fédérale américaine du commerce (FTC), qui lui reprochait d'avoir trompé et forcé ses utilisateurs à partager des informations personnelles au-delà de leur intention. Pour régler son différend, Facebook s'est engagé à s'assurer l'autorisation de ses membres lors du changement de certaines règles de confidentialité et devra se soumettre à des audits indépendants pendant vingt ans.